Le jour où ma vie a basculé

Publié par Fatou le 11.07.2015
2 718 lectures

Ma maladie a été découverte en 2000 suite à une simple visite chez le médecin pour parler d’un ganglion qui était apparu au niveau de ma gorge. Celui-ci m’a proposé un test VIH que j’ai accepté sans problème. A partir de là, je suis devenue une personne séropositive.

Pendant des années j’ai vécu sans traitement puis en 2005 mon médecin m’a conseillé de commencer le traitement. Il m’a prévenu de certains effets indésirables que j’ai effectivement subis comme les nausées, les vertiges, la fatigue… mais il y en a eu d’autres très difficiles à vivre dont il a omis de me parler.

Du coup, pendant des années, j’ai vécu sans savoir que ces médicaments gâchaient ma vie. Déjà dans mon couple, j’ai rencontré beaucoup de soucis dus à mes crises colériques et mon changement permanent d’humeur. Tantôt, je pétais la forme, tantôt je broyais du noir. Pourtant j’avais tout pour être heureuse mais je n’arrivais pas à m’épanouir au quotidien. Pour les personnes qui vivaient avec moi, c’était devenu infernal et elles étaient impuissantes face à cette situation.

Pendant des années, j’ai vécu comme ça et puis un jour j’ai commencé à me demander si tout cela n’était pas un effet indésirable dû aux médicaments que je prenais. Surtout que je les prenais le soir au coucher et que jusqu’au lendemain midi j’étais dans un état de déprime totale. Donc le matin quand je me réveillais, mon entourage me laissait tranquille de peur de réveiller une crise. En plus de ma dépression, j’ai commencé à avoir des idées noires et des envies fréquentes de suicide. Mais je n’ai jamais osé en parler avec mon médecin jusqu’au jour où je suis tombée enceinte pour la première fois en 2009.

De lui-même, pour le bien du bébé, mon médecin a décidé de changer mon traitement et le miracle s’est produit. Je me suis réveillée certes, un peu nauséeuse, mais je n’avais plus aucune idée noire. Au contraire, je me sentais revivre, j’ai retrouvé ma joie de vivre que j’avais perdue pendant des années et aussi retrouvé une bonne estime de moi. En quelques jours, je suis redevenue une autre personne, gaie et épanouie, pour le plus grand bonheur de mon entourage.

Une fois mon accouchement passé, j’ai pris rendez-vous avec mon médecin pour lui expliquer le calvaire vécu pendant des années. Il a confirmé effectivement que certains médicaments poussaient certains patients à la dépression et d’autres à passer à l’acte du suicide. De là, je me suis sentie comprise et mon médecin a alors décidé de me prescrire un autre traitement qui a remplacé le tout premier. Avec ces nouvelles molécules, je me sens revivre, heureuse dans ma vie et dans mon couple. Ma charge virale est indétectable.

Si je n’avais pas compris que mes problèmes dépressifs et mon envie permanente de suicide venaient de mon traitement, ça aurait pu avoir des conséquences dramatiques. Avec du recul, je regrette d’avoir mis autant de temps à en parler avec mon médecin.

Je conseille à toutes les personnes séropositives qui prennent un traitement qui ne leur convient pas d’en parler le plus tôt possible avec leur médecin pour qu’ensemble ils trouvent le bon traitement, celui qui changerait leur vie en bien comme cela a changé la mienne.