Positive malgré tout !

Publié par Mariama le 09.07.2015
2 232 lectures

Après une prise de sang en 1999, mon médecin m’a annoncé ma séropositivité...

Tout s’est écroulé pour moi. Il m’a alors proposé de commencer un traitement en 2000. J’ai du le commencer seule à la maison où j’ai vu ma vie basculer, d’un état vivant à un état de malade. Impossible de bouger de mon lit, de sortir, j’avais des angoisses, des nausées, je faisais des cauchemars et je me suis repliée sur moi-même.

J’ai alors appelé mon médecin pour l’informer de mon état de santé. Il m’a proposé d’interrompre le traitement et de démarrer un autre traitement un mois plus tard, mais cette fois en hôpital de jour. Pour un meilleur suivi au moment de l’initiation, j’ai été hospitalisée et grâce à la coordination entre mon médecin traitant et l’association AIDES, je suis sortie au bout de trois jours avec un traitement opérationnel.

Plus tard, mon médecin m’a contactée pour s’assurer que le traitement se passait bien et il m’a suggéré d’assister à une réunion d’information sur le VIH où j’ai pu écouter des témoignages d’autres femmes dans ma situation. Nous avons pu échanger pendant cette réunion sur différents thèmes et je suis restée en contact avec certaines d’entre elles afin de nous soutenir mutuellement. Grâce au médecin et à l’association, j’ai pu m’informer. J’ai du changer de traitement lorsque je suis tombée enceinte en 2004 pour protéger mon bébé et lui éviter les effets toxiques du traitement en cours.

J’ai constaté un changement physique au fil des années. Je me suis rapprochée de mon médecin pour lui faire part de mes inquiétudes sur la mauvaise répartition des graisses que je remarque au niveau de mon corps. Il m’a expliqué que ces changements sont dus aux traitements antérieurs et il m’a orienté vers la médecine du sport pour pallier ce problème. Malgré mes efforts, je n’ai pas obtenu les effets escomptés. Malgré tout, je continue à faire attention à mon alimentation et à mon hygiène de vie pour améliorer mon bien-être.

Grâce au soutien de mon médecin, de l’association et de ma famille, je suis aujourd’hui une femme épanouie qui croque la vie à pleines dents… comme tout le monde.