Préfecture : des allers retours incessants !

Publié par Alice le 17.07.2015
2 003 lectures

Les problèmes ont commencé quand j’ai déménagé de Paris à Rennes...

J’étais en possession d’une carte de séjour d’un an encore valable 3 mois. Chaque préfecture me renvoyait de l’une à l’autre. Finalement après avoir produit un justificatif de domicile rennais mon dossier a été transféré à la préfecture d’Ille-et-Vilaine. J’ai attendu une convocation qui n’est jamais venue. Deux semaines avant la fin de mon titre de séjour, je me suis présentée mais ils n’ont rien voulu savoir. J’ai alors pété les plombs jusqu’à ce que j’obtienne un récépissé de 3 mois m’autorisant à travailler. J’ai fourni le récépissé à Pôle emploi et à la CAF (Caisse d'allocations familiales).

La nouvelle convocation n’est jamais arrivée. J’y suis retournée pour obtenir cette fois-ci une autorisation provisoire de séjour (APS) pour une durée de 1 mois. En sortant, je suis allée dans un parc pour pleurer, très affectée par la manière dont j’étais traitée. Je pensais qu’on me maltraitait ainsi parce que j’étais malade.

J’ai pris rendez-vous avec mon médecin pour remplir les certificats pour l’obtention du titre de séjour pour soins que j’ai déposé à la préfecture. Je suis repartie avec une autre APS le temps du traitement du dossier. J’ai finalement reçu une convocation pour aller retirer mon titre de séjour, avec plus de 100 euros à payer. Mais j’avais réussi à obtenir mon premier titre de séjour en Bretagne !

Actuellement, je dois renouveler ce titre, j’ai pour le moment un récépissé de 3 mois et je n’ai toujours pas reçu de convocation pour mon nouveau titre de séjour. Je vais devoir retourner à la préfecture.

J’ai, parallèlement, demandé le regroupement familial pour mon fils qui vit en Afrique, il y a plus d’un an. Un contrôleur est venu chez moi pour visiter mon appartement pour valider ou non le dépôt de ma demande. A l’époque, j’étais demandeuse d’emploi, et il m’a dit que je pouvais avoir des problèmes concernant ma demande au niveau des revenus. Depuis, j’ai trouvé un emploi stable, alors quand je suis allée à la préfecture, j’ai fourni mon contrat de travail.

J’ai aussi fait une demande de carte de résident de 10 ans. La femme qui m’a reçue m’a expliqué qu’il fallait avoir travaillé plus d’un an avant de pouvoir faire cette demande. Je dois donc attendre encore !

Je vis en France depuis 2000, régularisée depuis 2002. J’ai 3 enfants qui sont nés en France, 13 ans, 11 ans et 5 ans. Ils ont la carte de circulation. Je n’arrive pas à comprendre qu’avec mon statut, je ne parvienne pas à obtenir un titre de résident. Ma vie est ici depuis si longtemps, je n’ai pas de vie en Côte d’Ivoire à cause de mon VIH. En France, il y a beaucoup d’écoute sur la maladie, c’est moins tabou qu’en Afrique. J’attends d’avoir tous mes enfants auprès de moi pour leur annoncer ma séropositivité.

Le gouvernement français devrait faciliter la régularisation pour le séjour pour soins pour les personnes séropositives afin de nous protéger. La VIH nous tue à petit feu et ajouter des problèmes administratifs est trop lourd à porter.