Bouc-émissaire !

Publié par Caroline Andoum et Joseph Koffi le 24.01.2017
2 884 lectures
Notez l'article : 
0
 

Bonne année 2017 ! On l’espère. On l’espère vraiment… pour toutes et tous. Mais il y a comme un doute à la lecture de certains programmes pour la prochaine élection présidentielle et leur façon de traiter de la santé des personnes migrantes. Prenons celui du candidat les Républicains que les électeurs et sympathisants de droite ont désigné il y a quelques semaines. Le programme de François Fillon consacre un chapitre conséquent à l’immigration pour laquelle il décline cinq priorités destinées à en finir avec ce que l’ancien Premier ministre appelle le "laxisme". L’une de ces priorités, la numéro 2, nous concerne tout spécialement car elle a des conséquences en matière de santé et d’accès aux soins des personnes migrantes.

Son titre ? "Faire en sorte que l’immigration ne soit plus une charge sociale". Ça donne le ton ! Il faut lire les lignes d’introduction pour être encore plus édifié : "Notre système social est un des plus généreux d’Europe. C’est aussi ce qui explique l’afflux en France d’étrangers originaires de pays qui n’ont pourtant aucun lien historique ou géographique avec la France. A titre d’exemple, le coût budgétaire de l’aide médicale d’Etat (AME) qui concerne désormais près de 300 000 étrangers a atteint à présent près d’un milliard d’euros par an". Voilà pour le prétendu diagnostic… d’où découlent deux propositions : "Subordonner l’accès aux principales prestations sociales à deux ans de résidence en France" ; "Supprimer l’AME et la remplacer par une dispense de frais de santé limitée aux urgences et aux maladies graves et contagieuses". Cette dispense serait strictement contrôlée et ne pourrait être obtenue que dans les hôpitaux publics et des établissements agréés. A l’extrême droite, la même proposition est défendue : suppression de l’AME et son remplacement "par une aide exclusivement applicable pour les patients dont le pronostic vital est engagé ou en cas de risque majeur de santé publique". Ce n’est pas la première fois que l’AME est ainsi visée. Ces dernières années, au gré des mandatures, elle a subi des remises en cause voire des attaques. Comme si à droite et à l’extrême droite, ce dispositif d’accès aux soins qui concerne les personnes en situation irrégulière était désormais un marqueur politique : comme le gage d’une "reprise en main" de l’immigration. Comme on voit, on ne s’embarrasse pas de nuances ni d’exactitude pour la remettre en cause. Les chiffres donnés sont volontairement amplifiés pour frapper les esprits.

Jamais, on ne rappelle que l’AME est attribuée sous conditions de résidence stable et de ressources. Il semble plus simple de l’accabler de tous les maux en oubliant que si elle rend service aux personnes qui en sont bénéficiaires, elle le fait au profit de la société dans son ensemble.

Cette confusion entre politique migratoire et santé publique, elle est aussi à l’œuvre en matière de droit au séjour pour soins. Le 16 novembre dernier, les ministères de l’Intérieur et de la Santé publient un bilan pour 2014 des avis rendus par les médecins des agences régionales de santé (MARS) sur les demandes de titre de séjour pour raisons de santé. Le rapport indique que 43 666 avis ont été produits par 101 départements en 2014 ; un chiffre en hausse. Mais les avis favorables sont en baisse. De grandes disparités entre départements existent : les taux d’avis favorables se situent entre 40,8 % (Saône et Loire) et 99,9 % (Loire Atlantique). Au niveau régional, le taux le plus bas est en Midi-Pyrénées. Il est passé de 75 % en 2013 à 40 % en 2014 ! Les avis concernent le VIH pour 14,4 % en 2014, contre 13, 7 en 2013. Le chiffre serait de 12,8 % pour 2015. Pour les avis rendus pour les hépatites virales : le chiffre est de 8,7 % en 2014 contre 9,4 % en 2013. Les avis favorables sont donc en baisse et les expulsions de personnes malades étrangères de plus en plus nombreuses. Là, c’est une personne d’origine albanaise vivant avec le VIH qui reçoit l’ordre de quitter le territoire français. Ailleurs, c’est une personne originaire du Burkina Faso qui craint l’expulsion. Le problème n’est d’ailleurs pas uniquement français. Tout récemment, la Cour Européenne des Droits de L'Homme a pris une décision importante en matière de droit au séjour et de protection contre l'expulsion des malades étrangers (1). Elle a donné raison à un Géorgien, atteint d'une leucémie et d'une tuberculose, qui s'était vu refuser à plusieurs reprises un titre de séjour en Belgique. Cette avancée européenne ne doit pas cacher la dégradation du droit au séjour pour raisons de santé en France sous l’actuelle mandature (voir Gingembre N°28, automne 2016). La situation d’aujourd’hui, les menaces pour demain nous alarment. Elles nous mobilisent aussi pour que la santé des étrangers malades cesse d’être un bouc-émissaire.

Commentaires

Portrait de jl06

Perso faut savoir si tu es pour payé les soins que tu à actuellement , au détriment de personnes émigrés , je crois que la question se pose comme cela !

sachant que les deux ne seront plus possible ....si le programe de droite te fait peur ....moi  le programe  de Hamon m,épouvante! une courses aux voix d,ou quelle vienne ....

comme je les deja dit ,pas question de laissé tombé , on peut très bien leur porté de l,aide sur place ils suffit de le vouloir ,

nous avons en France plusieurs assos qui font cela très bien 

de toute façon si rien est fait  la porte sera grande ouverte aux extrémes la allors on pourra pleuré !

Portrait de hellow

Bon millénaire 3 ! Désespérant. Vraiment.... les "sachants" des nations ont imposé d'inculquer la mémoire de l'histoire afin de prévenir d'un éventuel retour de haine. Echec et donc, l'histoire tenterait à se répéter, nous indiquant que nous serons tous des boucs-émissaires.

Portrait de jl06

L,hopital de Monaco opére gratuitement des enfants de toute l ,Afrique sens faire du tapage ....et cela depuis des années ,

une fois remis sur pieds ils reparte dans leur foyée avec un suivie sur place ...

pas une affaire de droite ou gauche ! bilan juste comptable  je suis d,accord bien triste 

L'épidemie de grippe vas tué + de personne cette  année  dans la plus grande indiference ......

Portrait de frabro

Dans le genre, le délai de carence de deux ans proposé par le FN (et non par les républicains...) pour l'accès aux droits à la santé des migrants fait à nouveau dans la surenchère. Peut être qu'ils se disent que les maladies graves et/ou mortelles feront une pause de deux ans avant de reprendre leur évolution ?

La droite a depuis longtemps fait de la supression de l'AME l'alpha et l'omega de sa politique de réduction des dépenses de santé : il faut bien flatter les racistes et xénophobes de tous poils pour ratisser leurs voix !

Nul doute que la campagne à venir ne nous réserve encore quelques mauvaises surprises de ce coté là. Histoire de faire oublier les emplois fictifs par exemple...

Portrait de jl06

tu crois pas si bien dire ,pour avoir des surprises on et bien parti ...je suis pas dépaysé au moins le Françe ressembles de plus en plus à L,Italie