Boulevard de la haine

Publié par jfl-seronet le 04.12.2018
346 lectures
Notez l'article : 
0
 

Tout a commencé par une interview à Nice Matin le 12 novembre...

Henri Leroy, sénateur les Républicains des Alpes-Maritimes, et déjà auteur d’une tribune contre l’ouverture de la PMA sur le site de Valeurs actuelles, cosignée par une vingtaine de ses collègues, est interrogé sur la PMA… où plutôt sur son opposition viscérale à cette réforme. « Quels sont vos arguments contre l’extension de la PMA à toutes les femmes ? » lui demande le quotidien azuréen. En grande forme, Henri Leroy commence par répondre : « Lorsqu’il y a eu le mariage pour tous, François Hollande et Christiane Taubira avaient promis que jamais il ne serait question d’étendre la PMA... ». Peut-être, mais ça c’était avant l’arrivée du nouveau monde… il y a eu l’alternance avec la dernière présidentielle, ce que le sénateur fait mine d’oublier. Et Henri Leroy d’enchaîner : « Ensuite, je ne pense pas que créer délibérément des orphelins de père s’inscrive dans notre culture, dans notre sens du périmètre familial. L’extension de l’accès à la PMA pose problème car il ne s’agit plus de lutter contre une quelconque infertilité due à une pathologie, mais de satisfaire à tout prix un désir d’enfant. On prend ainsi le risque de faire perdre à la médecine son aspect curatif, d’instituer une sorte de droit à l’enfant pour les parents, et de créer délibérément des orphelins de père. Est-ce un véritable progrès pour notre société ? ». Ok, du grand classique… puisé dans le registre de la Manif pour tous… Et puis vient la sortie, façon point Godwin : « Enfin, je me rappelle que l’eugénisme a débouché, au siècle dernier, sur des expériences dramatiques, comme celles du professeur Mengele qui voulait jouer avec les gènes pour arriver à une race parfaite. Quand on joue avec les gènes, on ouvre la porte à tous les détraqués ». Voilà, voilà ! Bon passons sur le fait (un point de détail) que Mengele était seulement docteur… et cela suffisait déjà à ce médecin dévoyé qui fut surtout un nazi et un criminel de guerre. Ce qui est dramatique et d’une incroyable violence, c’est bien sûr l’amalgame fait entre la PMA (une pratique légale, rappelons-le) et l’eugénisme (unanimement condamné). Là, encore, cette argumentation fielleuse qu’on trouve dans des articles sur le site de la Manif pour tous. Passons sur le reste de l’interview qu’on croirait écrite par Ludovine de La Rochère et qui comprend en plus une partie financement. L’argument n’est pas complètement nouveau, mais tend à être répété de plus en plus. Chez Henri Leroy, cela donne : « En outre, à l’heure où se posent des problèmes de gestion, alors que des médicaments utiles sont de plus en plus déremboursés, l’extension de la PMA grèverait lourdement le budget de la sécurité sociale. Des familles vont commercialiser le corps de la femme, à des fins purement mercantiles ».

Comme l’on pouvait s’y attendre, cette sortie nauséeuse a suscité de vives réactions. La sénatrice écologiste, Esther Benbassa écrit ainsi : « Henri Leroy déshonore le Sénat. En comparant au Dr Mengele les partisans d'une extension de l'accès à la PMA aux femmes seules et aux couples lesbiens, il crache à la fois au visage des premières et sur la mémoire des victimes de l'eugénisme nazi. ». De son côté, le collectif LGBT+ Irrécupérables a demandé (14 novembre) l’exclusion du sénateur des Alpes-Maritimes du parti les Républicains. Selon les militants, cités par Komitid : « Il s’agit d’une nouvelle étape dans la violence homophobe dont ce parti — et ses prédécesseurs comme l’UMP ou le RPR — nous a habitués-es. Cela ne peut plus durer. Les homos et les trans ont été victimes du nazisme, persécutés-ées, déportés-ées, massacrés-ées. Comparer l’obtention d’un droit au nazisme confine, au-delà de la violence homophobe, à du négationnisme. Des familles qui ont donné la vie, des enfants déjà nés ou à venir, sont comparées aux nazis qui donnaient, eux, la mort, aux LGBT, aux personnes juives, roms, handicapées, et à tant d’autres. Une telle comparaison n’est pas tolérable ».

« Jamais la haine homophobe ne serait autant banalisée sans la complaisance offerte aux associations qui militent pour le maintien des inégalités et des discriminations : Manif pour tous, Alliance Vita, Civitas, Associations Familiales Catholiques, etc. Les médias qui leur déroulent le tapis rouge au nom du débat et de la liberté de parole — alors qu'ils n'invitent jamais de lesbiennes ou d'hommes trans directement concernés-ées — portent une lourde responsabilité dans cet état de fait et doivent se remettre en cause », dénonce le collectif Irrécupérables.

Président du centre LGBT Côte d'Azur, Erwann Le Hô a réagi dans un communiqué de presse aux propos tenus d’Henri Leroy. « Je respecte les avis de chacun sur l’ouverture de la PMA mais le débat doit pouvoir être serein et raisonné. Je dénonce avec force cet amalgame et les dérives outrancières de cette droite extrême, qui n'hésite pas à attiser la pire des haines par intérêt et à jeter l'opprobre sur des milliers de familles et d’enfants », lui a répondu Erwann Le Hô. Et de demander « aux responsables nationaux et départementaux de son parti de clarifier les choses et de condamner ces propos inqualifiables. J’espère que Monsieur le Sénateur aura la décence de présenter ses excuses pour ses paroles. » Des excuses ? Pas vraiment. Nice Matin a rappelé Henri Leroy pour qu’il réagisse aux violentes critiques qui lui sont faites. Résultat ? Comme dans le cas de Michel Onfray… le sénateur ne voit pas le problème et déplore (trop marrant !) « une polémique stérile », qui agace l’élu.

« Certains commentateurs veulent me faire dire que j'ai comparé les pro-PMA à Mengele. C'est évidemment faux ! J'ai juste dénoncé les dérives possibles liées à la sélection des embryons qui a des précédents malheureux dans l'histoire. Cette mauvaise interprétation, qui débouche sur une polémique stérile, est regrettable mais n'élude en rien la question de fond : la PMA sans père est, pour moi, dangereuse pour notre société ».

Quand on relit bien la réponse, on est bien loin de l’excuse et de l’acte de contrition. On est même dans la mauvaise foi la plus complète. Après tout, c’est lui qui a décidé, dans une même réponse, d’associer ces deux éléments, d’établir un parallèle. La question qui lui était posée par Nice matin était : « Quels sont vos arguments contre l’extension de la PMA à toutes les femmes ?  » et sa réponse s’achevait par : « Quand on joue avec les gènes, on ouvre la porte à tous les détraqués ». On le voit, les débats sur la PMA n’ont pas fini, hélas, de susciter ce type de propos violents, outranciers, profondément discriminatoires. Le boulevard de la haine est, une fois encore, ouvert.

 

Commentaires

Portrait de lillou13

  Comme d'habitude la droite et ses pendants réactionnaires sont dans l'outrance pour défendre une position complètement conservatrice de ce que doit etre une famille. Rien d'étonnant toujours les meme rengaines depuis la loi Veil ils n'ont pas changé de curseur.