La haine est de sortie !

Publié par jfl-seronet le 30.10.2018
510 lectures
Notez l'article : 
0
 

- L’homophobie ? Non, on en fait tout un foin. Y’a pas tant de problèmes que ça… j’ai l’impression qu’aujourd’hui, c’est moins un problème qu’avant ; que la vie des gays, c’est plus simple…
- Plus simple de quoi ?
- Bah d’être homo, de vivre en couple, tout ça… quoi !

On est sans doute assez nombreux-ses à avoir vécu, dans un café, lors d’une soirée chez des potes… un échange de ce type avec une personne pour qui l’homosexualité est, au mieux, terra incognita voire, le plus souvent, un univers de clichés et d’idées reçues. Pas mal de personnes pensent que l’homosexualité est bien acceptée aujourd’hui ; qu’au prétexte qu’elle soit plus visible à la télé, dans les pubs, plus présentes dans les médias, plus affirmée dans la rue, plus revendicative, plus affichée parmi les artistes, les personnalités politiques et même les sportifs-ves… tout roule. Hélas non ! La lecture des dépêches d’actus donne le ton et aussi un visage de la réalité.

Guadeloupe 1ère nous parle (19 septembre) de la « lente évolution de la société guadeloupéenne » en matière d’homophobie. On se prend à espérer, mais on comprend que le sujet a été choisi par la rédaction à l’occasion de la tenue d’un procès devant la cour d’assises de la Guadeloupe qui examine le cas de cinq personnes, accusées d’avoir séquestré un jeune homosexuel. Le jeune homme avait été torturé pendant cinq jours en 2016 à la suite d’une soirée qui a dégénéré, selon la formule consacrée. La presse d’alors ne détaille pas les sévices infligés… mais évoque des brûlures et un fer à repasser !

Dans un article (11 septembre), le site Neon nous indique qu’« entre juillet et ce début de mois de septembre, au moins cinq hommes ont été violemment agressés dans un parc public à Besançon en raison de leur homosexualité ». Les agressions sont le fait d’un groupe de trois à dix jeunes. « Quand ils m’ont encerclé, j’ai compris que j’allais vivre le pire moment de ma vie. (…) Je ne sais pas me battre, j’étais en claquettes, et ma première pensée a été "encaisse au mieux les coups et ne fait rien" », a raconté une des victimes à L’Est républicain. « Pour eux, ça ressemblait à un jeu d’humiliation, de soumission. Il y avait quelque chose de froid, de systématique dans leur agression », explique-t-il.

Le 6 août dernier, une étudiante trans est agressée sur le parking d’un supermarché à Limoges où elle faisait ses courses. Elle est menacée de mort par un homme en voiture. Celui-ci a d'abord tenté de la percuter avec son véhicule, il l'a ensuite violemment insultée. « Il m'a poursuivie en voiture en m'insultant : « Tu vas crever PD, si je te tue je ne risque rien ». J'étais en état de choc, j'étais terrifiée », raconte la jeune femme, qui a eu la présence d’esprit de photographier la plaque d'immatriculation de son agresseur. Une plainte déposée, un numéro de plaque… A priori, pas besoin de mettre Columbo sur le coup. Il semble pourtant que rien ne bouge. C’est ce qu’explique France 3 régions (14 septembre). SOS homophobie accuse la police de ne pas prendre l'enquête au sérieux, ce que réfutent les forces de l'ordre. Il n’en demeure pas mois que depuis son dépôt de plainte, la victime n'a pas eu de nouvelles de son affaire. Du côté de la police, on explique que l’agresseur a été identifié et qu’une convocation lui a été envoyée.

La ville de Nantes a fait réaliser, en juin dernier, une installation aux couleurs LGBT : les « Marches des fiertés », un escalier public peint aux couleurs du rainbowflag. L’installation a été vandalisée peu après son installation. Elle est alors taguée d'un « Légalisez la pédophilie ». Elle a été restaurée. Elle a, de nouveau,  été vandalisée dans la nuit du 10 au 11 septembre, rapporte le site France Soir. L'association à l'origine de l'installation et la maire de la ville ont annoncé porter plainte. « Marches des Fiertés à nouveau vandalisées : à Nantes, nous ne transigeons pas avec les valeurs et nous refusons l'intolérance et toutes formes de violence. La Ville va porter plainte et interviendra au plus vite pour effacer les dégradations afin de restaurer ce symbole de l'égalité », a réagi la maire de Nantes Johanna Rolland.

« Des perquisitions sont en cours à Nîmes dans le cadre d'une affaire « d'agressions homosexuelles » [nous, on aurait plutôt dit d’agressions contre des homosexuels], via Internet et des applications de rencontres, impliquant notamment des mineurs », nous informe France 3 régions (19 septembre). Ces derniers jours, se sont produites « différentes agressions d'hommes gays frappés et détroussés ». Le site de la chaîne locale nous explique que « Cinq agressions similaires ont été enregistrées depuis une dizaine de jours par les services de la sûreté départementale du Gard, avec à chaque fois le même mode opératoire et des rencontres sur le même site de rencontres homosexuelles. Un jeune appât se faisant passer pour un homosexuel se rendait au rendez-vous en essayant de voler la victime. »

« Braderie de Lille : plusieurs actes homophobes ont-ils été commis pendant le week-end ? », s’interroge 20 minutes (3 septembre). « Plusieurs témoignages dénoncent des attaques ciblées sur des couples de personnes de même sexe » qui auraient été « aspergés de javel et de peinture noire ». Une victime explique à France info : « C’est en sentant l’odeur sur mes vêtements que j’ai compris que c’était de la Javel. J’ai compris, en arrivant au niveau du boulevard de la Liberté, que c’était de la Javel que j’avais reçue sur la manche. On s’est arrêtées pour nettoyer et ma compagne a reçu de la peinture noire ». Quelques instants plus tard, elle remarque que son sac a également été taché. Elle affirme que cette opération a eu lieu à trois reprises. « On a bien été visées. On se tenait la main, quelqu’un a dû nous voir… ».

Fin août, alors qu’il sortait d’une boîte gay de Lyon, un homme de 40 ans s’est fait prendre à partie et tabasser, simplement parce que ses agresseurs le pensaient homosexuel. « C’est difficile d’en parler, je suis encore sous le choc », confie la victime à Lyon Capitale. Et le journal de raconter : « Il est environ 3 heures du matin lorsqu’il sort d’une boîte de nuit gay de Lyon (…) Quelques mètres plus loin il entend des jeunes l’insulter. « Ils étaient vraiment très jeunes. Je les ai entendu dire : « Il sort de chez les PD, lui c’est un PD", et tout s’est passé très vite» (…) Il assure (…) que ses agresseurs étaient au moins trois. « J’ai reçu des coups. Au début j’ai essayé de me défendre mais je me suis vite retrouvé à terre et ils ont continué de me frapper. Je tenais mon sac à dos très fort contre moi, parce que j’avais peur qu’ils me le volent. Mais ils n’ont rien pris, ils n’ont même pas essayé. » La victime a reçu trois jours d’ITT pour ses blessures.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête après une plainte pour une agression à caractère homophobe sur un jeune acteur mardi 18 septembre au soir dans le XXe arrondissement de Paris alors qu'il était avec son compagnon. « Je savais qu'un jour ça m'arriverait. Une agression homophobe violente en pleine rue. Je savais qu'un jour je devrais faire ce choix : prendre une photo et la publier ou ne pas la publier. Avec les conséquences que cela aura dans les deux cas. Je ne savais juste pas quand cela aurait lieu. C'est donc aujourd'hui », a témoigné le comédien Arnaud Gagnoud sur les réseaux sociaux, ajoutant une photo de son visage tuméfié. A 22h15, les deux hommes ont été insultés par un groupe qui leur a tenu des propos homophobes. L'un d'eux a alors porté des coups avec un casque à l'une des deux victimes qui a été blessée à l'arcade sourcilière droite, rapporte l’AFP. Les agresseurs ont pris la fuite. Le jeune homme a porté plainte et le parquet a confié au commissariat du 20e arrondissement de Paris une enquête pour des faits qualifiés de « violences avec arme par destination en raison de l'orientation sexuelle et menaces de crimes ou délits en raison de l'orientation sexuelle », a indiqué une source judiciaire.

On va s’arrêter là, non ?

Bien sûr, on trouvera toujours une personne pour relativiser le problème, pour estimer que ces faits ne doivent pas nous faire oublier que tout va bien pour beaucoup d’autres personnes LGBT. Mouais ! On peut aussi se rappeler les chiffres de SOS homophobie. Les actes LGBTphobes en 2017 ont augmenté de 4,8 % par rapport à 2016. Et concernant les agressions physiques, l’augmentation serait de l’ordre de 15 %.

- L’homophobie ? Non, on en fait tout un foin. Y’a pas tant de problèmes que ça… j’ai l’impression qu’aujourd’hui, c’est moins un problème qu’avant…

Commentaires

Portrait de jl06

Ecoute j,ai assez fréquenté les boites et tout le bordel qui vas avec pour te dire que les bastons à la sorti ne sont pas l,apanage des gays ... des couples héteros qui se foute sur la gueule sa exciste aussi , 

par contre la violence qui va avec ,un peut la faute à notre société ,j,ai une dent contre c putin de réseaux socios (qui disent ) de la merde oui , ils  libére la parole ,et du coup ont passe à l,acte tout à fait normalement la difference et la !

je regrette la castagne de mon époque ! être PD ne veut pas dire se laissé faire aussi ! 

 tu recevez un rouste d,un mec ,t,avez qu,un but la lui rendre ,en général cela se savait assez vite et ont te fouté une paix royale , bon après le gabarit du mec joue aussi , 

le dernier qui ma mis la mains dans les poches pendant que j,etait occupé avec un sapeur pompier.... au grand travers ...je lui  et juste chopé la main et plié un doigt !( qu,un promis) , au craquement  et cris , pas du être agréable ,mais la leçon il la retriendra ....? 

voila ma conception ... un peut Barbare oui et non 

 

Portrait de Lowie

Le "non vivre ensemble" est à la mode.Ce n'est pas ma conception du futur.Nous parlons là de l'homophobie grandissante . Nous pourrions parler de l'anti-sémitisme , de l'islamphobie , sérophobie ,xénophobie , handicaphobie , grossophobie , différensophobie , etc...

Je suis phobique à l'homme ; homo "sapiens" pas sage.Je me soigne pour cette phobie.Accepter l'inaceptable. Ne comptes pas sur moi pour un tel effort , ni un compromis.

J'appartiens au futur ; là est ma force.

 

 

Portrait de jl06

Ben moi non , le futur je n,y vois que des problémes ,et avec la bande de branquignolles  que nous avons ,ont peut y craindre le pire 

merci  de ne  pas faire un grand mélange des probléme ,deja assez bien compliqué comme cela ....

 

bonne soirée ... moi j,aime bien les délires de Loick .... comme Anie qui aimé bien les sucettes à l,anis 

Portrait de Léo_

Alors que faire contre ça ?? Durcir le système et ré-introduire la peine de mort pour ces actes de méchanceté gratuite ??

En effet ça créer un climat d'insécurité; tout ses actes criminels homophobes en augmentation est le résultat d'une politique qui se désinterresse de la question de la mixité sociale et du brassage culturelle...

On parque les différents groupes; etnique, sociaux, culturelle, religieux, entre eux...

Alors c'est bien d'avoir une identité et une apartenance dans une communauté; mais ça serait encore mieux que toutes les différentes communautés "s'entre-brasse" ; faites l'amour et pas la guerre; ne pourrions nous pas connaitre une nouvelle ère hippie ??

Portrait de jl06

A mon âge,  comme d,autres nous avons pratiqué ta devise ....pour pas grand chose à l,arriver ...

récupération politique à donf ,

Non tout le monde n,est pas beau est gentils juste une illusion (a mon regret) tout et récupérations , un décompte de voix electoraliste permanent voila notre probléme en france ,donc ont bloque tout avancé ....

un pas en avant ... deux en arrieres la devise ;

Fini le temps du coq qui gueulé le matin avec une belle érection ! le France et devenue un ventre mou Surprised

bonne journée ,