Marchands d’espoir !

Publié par jfl-seronet le 01.03.2016
2 879 lectures
Notez l'article : 
0
 

- Régis Parmentier, vous  êtes le fondateur d’Ubrigenix, une petite société de biotech française qui monte, qui monte. Votre société s’est spécialisée dans le VIH et les hépatites. Vous étiez venu, il y a un an, présenter des résultats préliminaires d’un essai concernant l’Ubrix 296. Aujourd’hui, j’ai le plaisir de vous accueillir pour nous parler des résultats positifs de l'étude clinique de phase IIa pour l’Ubrix 296", lâche, tout sourire, la présentatrice de l’émission La Vie des marchés, sur Finances TV internationale.

Elle plonge son regard derrière l’écran d’un portable, fait mine de regarder courbes et graphiques d’un air pénétré et lance sa première question.

- Selon vos derniers résultats… Va-t-on enfin vers une guérison du sida ?

Aux côtés de la présentatrice, accoudé à la table ronde du studio, Régis Parmentier se rengorge. Il sourit légèrement et se lance.

- Oui, on va vers une guérison du sida grâce à l’Ubrix 296… enfin sous réserve des résultats des prochains essais cliniques, explique-t-il ?
- Ah bon, parce que ce n’est pas sûr ?, demande, avec candeur, la présentatrice télé.
- Nous ne sommes pas certains encore, indique Régis Parmentier… Je viens aujourd’hui vous présenter des résultats positifs d’une étude clinique de phase IIa. Mais bon, la guérison, c’est sous réserve des prochains essais cliniques sur des patients déjà traités, si les résultats se révèlent positifs, on pourra alors parler de "cure fonctionnelle du sida".

Manifestement déçue, la présentatrice accuse un peu le coup. Son regard repart vers l’écran de son ordinateur.

- Mais j’avais compris que la guérison était proche… c’était dans le titre de votre communiqué de presse : "Ubrigenix : vers une guérison du sida grâce à l’Ubrix 296…"
- Il fallait lire la ligne du dessous… On écrivait "sous réserves des prochains essais cliniques". C’est clair ? On sait que cela marche sur la souris et que notre traitement est bien toléré chez l’homme. C’est déjà pas si mal… s’énerve Régis Parmentier.
- Mais vos essais au Vietnam et à Madagascar…
- On les a faits, tonne Régis Parmentier. Ce sont des essais de monothérapie. On doit avancer de façon très prudente et progressive. Vous savez, c’est un mécanisme novateur que nous expérimentons. Il vise les ARN viraux. Ce mécanisme n’a jamais été exploité auparavant ni pour le VIH, ni pour d’autres virus. Ce que nous avons observé chez la souris, c’est après l’arrêt du traitement que la charge virale restait basse….  Et puis, nous n’avons pas constaté de virus mutants, comme cela peut se produire avec d’autres médicaments.
- C’est bien joli tout cela, mais on n’est pas certain au final que cela marche… Du coup, que dites-vous à celles et ceux qui vous regardent sur La Vie des marchés, sur Finances TV internationale, persifle la présentatrice.
- De patienter ! lâche, dépité, Régis Parmentier
- Et c’est tout ? ironise-t-elle.
- Notre futur essai clinique est déjà prévu. Nous allons probablement le démarrer en France et en Suisse. On va combiner l’Ubrix 296 avec un autre médicament, puis on arrête et on voit si on assiste à un rebond viral ou pas… et s’il n’y a pas de rebond viral, on sait à quoi s’en tenir, explique Régis Parmentier. Vous savez notre objectif est de diminuer les coûts de santé dans cette maladie ?
- Ah oui ? Cela devrait intéresser nos auditeurs, lâche-t-elle narquoise. Et sinon… autre chose que vous vouliez ajouter ?
- Ah si, la CROI a retenu l’abstract que nous lui avons soumis. J’y vois une marque d’intérêt très forte de la communauté scientifique internationale sur notre produit…
- Je recevais aujourd’hui le fondateur d’Ubrigenix. Je vous remercie Régis Parmentier. Je vous souhaite une belle journée. Demain, l’invitée de La Vie des marchés, sur Finances TV internationale, sera Simone Gugelkian, la présidente de ViroTheraVuctas, une société de biotechnologie spécialisée dans le développement de vaccins thérapeutiques et d’immunothérapies. Elle nous promet une annonce importante sur un vaccin, thérapeutique contre le VIH.

Debout, Régis Parmentier a perdu son sourire. Il hausse les épaules.

Commentaires

Portrait de Sealiah

En lisant ton post je comprends pourquoi.

TITRE accrocheur.Le reste du vent.

Portrait de hellow

"un chien qui pisse bien, en fera pisser plusieurs" je sais, ça n'a l'air de rien, mais c'est aussi un message d'espoir.

sauf pour la jante automobile

Portrait de Sealiah

Le chien il pisse où?Sur une réalité.Il efface par son pisou la trace de l'intrus.L'intrus à la lecture est inconvenant.Tu n'en es pas convaincu.Un chien ne sait pas lire.Il aurait lu et serait je pense venu à la même conclusion que moi: du vent.

Mon chien ne donnera à la lecture de l'exposé aucun dinard, euro, dollard,yen ...etc.

Bien à toi.Lohic

Portrait de hellow

il s'en va au galop et s'en vient à pied, le marchant espoir !

quant aux chiens, ici, ils sont les créateurs fondateurs investisseurs.

je ne suis convaincu que d'une chose : l'homme non plus ne sait lire !

Bises..

Portrait de Sealiah

Pas un chien.Ted ne me ferait jamais une entourloupe.Il est prévenant en pisant sur la trace du loup.A chacun l'image.En 39 les loups nous les avons vu dans Paris .En 66 les as tu vu à Toulon?

Portrait de hellow

à chacun sa vision des choses

Portrait de jl06

Chaque semaine un petit nouveau debarque ....plus le coup de les lires !