Rumeurs : arrêtons le délire !

Publié par jfl-seronet le 01.01.2019
997 lectures
Notez l'article : 
0
 

Les rumeurs ont toujours fait bon ménage avec le VIH. Plus que toute autre maladie, le VIH est associé aux fantasmes les plus incroyables, à des faits divers improbables et se trouve être le terreau de rumeurs dont certaines perdurent depuis des années. France Info a consacré un reportage à une « psychose sur les réseaux sociaux africains » à propos de « thermos amiantés » qui « donneraient le sida ». Tout commence sur Internet par des vidéos et des photos de « thermos cassés dans lesquels ont été trouvés de petits éléments ronds, blancs ou gris, pouvant ressembler à des médicaments », rappelle France Info. Rapidement des « indiscrétions » (la rumeur en fait) laissent entendre que lesdits comprimés seraient « à l’origine de mystérieuses maladies ». La nouvelle se partage assez vite en Côte d’Ivoire, au Kenya et au Cameroun où l’on casse à tour de bras des thermos… pour vérifier la présence de ces granulés. Certaines publications commencent alors à expliquer en français que ces « substances nocives donneraient le sida, le cancer ou provoqueraient des maladies cardio-vasculaires. Ce sont les « occidentaux » et la Chine qui auraient placé ces granulés pour « en finir avec l’Afrique », par un travail d’empoisonnement à grande échelle, dont on peine à comprendre la raison. Certaines vidéos qui avancent cette thèse hautement fantaisiste sont très vues : jusqu’à 65 000 vues pour certaines. D’où vient alors la rumeur ?

Il semble que depuis septembre 2018 circule sur les réseaux et Youtube une courte vidéo de 2011 (!) extraite d’un documentaire en version allemande qui montre un scientifique en train d’analyser un thermos. Il y explique avoir trouvé de l’amiante. Évidemment casser un thermos peut être dangereux, explique France Info car il peut contenir des éléments nocifs. L’article rappelle que l’amiante est interdite depuis 2005 en Europe et qu’elle ne fait plus partie des composants de produits manufacturés. Quant à la possibilité que ces fameux granulés puissent inoculer le sida aux utilisateurs de thermos, chacun sait que l’affirmation est totalement infondée. Mais peu importe, la force du complot supposé balaie tout.

Des affirmations infondées à propos du VIH… il y en a pléthore. Ces dernières années, alternent, grosso modo, trois thèses assez barges. L’une prétend que des aiguilles de seringues contaminées seraient placées dans des fauteuils de cinéma. La rumeur nait, prend de l’ampleur puis s’éteint d’elle-même pour reprendre une nouvelle fois quelques mois plus tard ou quelques années. Cette rumeur a prospéré en 2016 allant même jusqu’à citer de prétendus cas identifiés par les autorités de santé américaines, mais on trouve dès 2001 des articles sur ce sujet… qui n’en est pas un. À chaque fois, la panique marche tant la peur est forte… peur d’un risque qu’aucun cas n’a jamais étayé. Qui connaît une personne contaminée parce qu’elle s’est assise sur un fauteuil de cinéma ?

La deuxième rumeur concerne des oranges qui seraient contaminées par du sang infecté. Les articles sur ce sujet sont nombreux et parfois illustrés de photos d’oranges sanguine coupées… Le fait que cela ne puisse pas constituer – y compris sur le plan théorique – un mode de contamination, ne permet pas du tout de combattre la rumeur, qui prospère vite, là encore de façon cyclique. La rumeur sert parfois des mobiles politiques. En 2015, par exemple, la rumeur lance que des douaniers algériens ont saisi des oranges libyennes un peu particulières puisqu’elles auraient été contaminées par le VIH. C’est faux, mais peu importe… l’infox prospère. Même problème avec les bananes cette fois, avec articles, messages sur les réseaux sociaux qui agissent comme une caisse de résonance. Cette rumeur monte en puissance en 2016. Tout s’amplifie et la masse de ceux qui y croient ou relaient simplement l’info renforcent la supposée crédibilité de l’infox. D’ailleurs, ceux qui propagent cette rumeur vont même jusqu’affirmer que l’Organisation mondiale de la santé a trouvé (on ne sait pas où) un « million de bananes infectées par le sida ». Pur délire, mais, là encore, ça marche. Le phénomène est tel désormais que des éditorialistes s’y intéressent. C’est le cas de Jeff Yates qui a publié (27 novembre 2018) une chronique sur ce sujet sur Radio Canada ; un très bon texte qu’on vous invite à découvrir et qui invite à une utilisation « plus saine » des réseaux sociaux.

Évidemment, on perçoit difficilement les motifs d’une telle exploitation de rumeurs farfelues et improbables. Il y a certes la part de complotisme qui existe aujourd’hui sur de nombreux sujets. Toute information peut être contestée sans méthode, avec de simples opinions ne s’appuyant sur rien. Il y a aussi le fait que l’Afrique ayant payé et payant encore un très lourd tribut à l’épidémie, la tentation est parfois forte de trouver une explication facile – et hélas conspirationniste – au phénomène. Ce mal qui accable le continent ne pourrait venir que de l’extérieur. Le sida a été créé et importé pour détruire l’Afrique…

Reste que ces rumeurs répétées posent problème car elles font paniquer à tort, brouillent les messages préventifs et les connaissances scientifiques, entretiennent une forme de sérophobie. On en a un sinistre exemple avec la rumeur lancée en octobre 2018 concernant une jeune Française qui aurait transmis le VIH à 630 hommes migrants africains. La rumeur a pris une telle proportion, que l’AFP a mené une contre-enquête pour la démonter. La rumeur prend la forme d’un article, rapidement partagé, qui prétend qu’une jeune Française (on lui a même trouvé un prénom : Nicoline) aurait volontairement transmis le VIH à 630 hommes migrants africains pour « se venger » des Africains d’avoir immigré illégalement dans son pays ». Cet « exploit » aurait été accompli sur deux ans, précise l’article. Le site 24 jours.com qui a lancé l’info précise le 16 octobre 2018 que la jeune étudiante « se serait rendue chaque jour dans un camp de migrants afin d’infecter « au moins 2 000 réfugiés » avec le VIH. Très rapidement, l’article – dont le contenu n’est jamais mis en doute – est relayé sur des sites principalement sénégalais. Beaucoup y croient vraiment et relaient sans sourciller ce qu’ils prennent pour une information. Et pourtant comme l’explique l’AFP, il suffit juste de regarder le site 24jours.com et de prendre connaissance des conditions d’utilisation du site pour découvrir que les infos publiées sont toutes parodiques ou satiriques. Bref, le site ne publie que des canulars destinés à amuser voire provoquer et le complot de Nicoline une énorme fakenews.

Cette affaire a de quoi faire réfléchir, elle nous montre les failles de l’information actuelle, relayée à l’envi sans vérification, presque par automatisme, par suivisme. Elle en dit long aussi sur le contexte actuel où l’on trouve crédible une information aussi farfelue, aussi caricaturale, aussi malsaine qui se nourrit de la détestation des étrangers et de la peur du VIH… qu’elle entretient largement.

 

Commentaires

Portrait de Tom Sawyer

Un vrai fléau ces réseaux sociaux, je m'en méfie comme de la peste. Et le pire dans l'histoire, ce sont les modérateurs de ces réseaux sociaux qui laissent traîner tout et n'importe quoi sur ces sites. A se demander où est réellement le complot, le mensonge, l'abrutissement et la manipulation des gens. Car faut pas oublier que souvent ces mêmes sites laissent traîner des messges (ne les condament pas, ne les bannissent pas,  voire même le font parfois à cause de plaintes déposées) de haine, de racisme, d'homophobie,  d'appels aux attentats, etc ... ca en dit long .... et montre qu'on ne peut pas leur faire confiance. 

 

Portrait de Kitsune 2

Venant, sauf à ce que je fasse grandement erreur, d’un administrateur de Seronet, l’intervention est piquante : le site n’est-il pas, même si catégoriel et si un certain nombre de règles et valeurs y prévalent, un réseau social ?
L’erreur principale de tous les détracteurs de la propagation en ligne des infox réside dans le fait de vouloir rendre responsables les plateformes des contenus qui s’y trouvent : il est en effet tellement plus facile de s’en prendre à une entité sans visage que reconnaître que ce sont seules les ignardise et bêtise crasse qui sont les vecteurs du complotisme et des approches intrinsèquement anti-scientifiques.
Que les instigateurs de ces totales inepties soient animés d’objectifs lamentables ne change rien à l’affaire : c’est bel et bien celui qui relaie, refuse la moindre remise en cause de son credo, ne va pas chercher l’information par paresse et malhonnêteté intellectuelle  (y compris à travers celle des voix divergentes), qui est seul responsable d’avoir transformé internet (oui, parce que la désinformation ne se limite pas aux réseaux sociaux) en ce lieu où affirmer que la Terre est plate est devenu possible.
Le credo en l’homme en prend un sacré coup n’est-ce pas ?

Par ailleurs, porter un regard occidental sur la désinformation en Afrique est un non-sens : faire abstraction des différences culturelles revient à poursuivre cette appréhension colonialiste qui fausse depuis des décennies la manière dont il faudrait aborder les choses.
Quitte à passer pour le raciste que je ne suis pas, je crois qu’il ne sert à rien de s’insurger contre des croyances ancrées dans les gènes : ce sont à ces populations de se défaire de leurs atavismes (nous avons nous aussi nos cerveaux reptiliens et nos illuminés de toutes obédiences).

Enfin, plutôt que regarder le jardin des voisins, nous serions bien inspirés de constater que chez nous aussi, pays où l’éducation est répandue et où la pluralité des sources existe, c’est cette même médiocrité qui préside à la destinée des fausses informations. Voyez comment le front national (c’est à dessein que je continue à le nommer par sa marque de fabrique et lui refuse toute majuscule) a noyauté les gilets jaunes : ils ont avancé et avancent cependant en terrain conquis, entre la bretonne complotiste, les deux gogos passés par la formation d’extrême-droite et tous ceux qui sur les ronds-points ont invectivé qui l’homosexuel, qui la femme musulmane. Oui, le front est dans son élément et Facebook et Twitter sont ses terrains de jeu.

Comme ils le sont de tous les ennemis du Savoir et de l’humanité.

Portrait de Tom Sawyer

Bonsoir kitsune 

Tous mes voeux pour cette nouvelle année. 

Oui mais j'utilise peu mes pouvoirs d'administrateur... en fait l'essentiel de ma contribution à Seronet se situe au niveau des chats thématiques. Mon rayon d'action en tant qu'administrateur sont limités et était destiné à bloquer une seronaute (donc une seule personne) qui venait systématiquement insulter allègrement tout le monde sur le chat general. En effet j'ai une casquette de modérateur mais que la casquette lol. 

Passe une excellente soirée à bientôt.

Tom.

 

Portrait de Kitsune 2

Recevez avant tout en retour mes voeux pour cette année entamée.

Votre réponse me met un peu mal à l’aise car il ne s’agissait en rien d’un argument ad hominem belliqueux : je ne vous connais pas et n’ai à votre encontre nul grief. Il n’est par ailleurs pas dans ma nature d’agresser gratuitement (je laisse cela aux gens en mal de notoriété nauséabonde) et, lorsque je dois dire quelque chose à quelqu’un, je m’adresse à cette personne directement et nommément (le respect que je me porte m’aurait d’ailleurs fait vous interpeller en message privé).
Je souhaitais juste mettre l’accent sur le fait que les réseaux sociaux ne se limitent pas aux seuls Facebook et Twitter, et qu’il y avait un peu d’ironie dans le fait de condamner alors que l’on était soi-même acteur (par acteur, j’entends tout membre d’une équipe en charge d’un site et tout abonné à ce même site).
Vous n’avez pas à justifier de vos fonctions : je n’ai fait que reprendre la dénomination générique s’affichant parfois lorsque nous accédons à notre page d’accueil. Ceci étant, cela permet de savoir quel est votre rôle : la modération est en effet le plus important poste de vigilance, a fortiori sur Seronet où la bienveillance est de mise (ce qui me semble être parfaitement compris par la majorité des abonnés). Mener la chasse aux gens relevant de la psychiatrie contribue bien évidemment au bien-être de tous : l’on ne s’inscrit pas sur Seronet pour y être agressé, le quotidien suffisant souvent amplement à cela.

Pour ce qui est de la désinformation*, elle prend, hormis les rumeurs sur les principales plateformes d’échanges, d’autres visages :
- lorsque par exemple une image retouchée est affichée en plein journal d’information (France 3, Catherine Matausch, 15 décembre 2018, https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/gilets-jaunes/gilets-jau... ),
- lorsqu’un jeune imbécile en mal de sensationnel croit tenir un scoop visuel (au lendemain des premières émeutes sur les Champs-Elysées : un chantier de voirie est pris pour un lieu où les pavés ont été déterrés par les manifestants (BFMTV : https://youtu.be/bTQPIXD26c0 ),
- lorsque les chapôs des fils d’actualité tronquent ou déforment les contenus : une forte proportion de gens ne lit pas les articles et s’en tient à sa première perception (il faut voir les flots de réactions à l’emporte-pièce, primaires, basiques, binaires),
- lorsque des journalistes jonglent avec leur éthique (Der Spiegel : https://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2018/12/29/falsification... ),
- lorsque des scientifiques du CNRS sont pris la main dans le pot des petits arrangements avec les lois de la Recherche (https://www.sciencesetavenir.fr/fondamental/fraudes-scientifiques-le-cnr... ),
- toute utilisation sournoise d’un ou de biais cognitifs dans le traitement d’une information,
- lorsqu’enfin, ces cafés du commerce que sont les chaînes d’info en continu, glosent et reglosent sur une même broutille, les pseudo-experts en tout cherchant à crier plus fort que le poujadiste éructant au téléphone…

Les tenants de l’infox se servent de ces ressorts que sont les principaux moteurs des réseaux : l’émotion, l’immédiateté, l’impunité liée à l’anonymat, le manque d’éducation, l’irresponsabilité, la gratuité du vecteur et la possibilité de toucher un maximum de gens en un temps record.
C’est pour cela qu’il y a à toujours être plus vigilant : des outils existent (Les Décodeurs : https://www.lemonde.fr/verification/ ), mais il appartient à chacun de faire sa part du travail.
Internet est une belle idée, une belle (r)évolution et c’est encore malgré tout un lieu où le partage de la connaissance est possible, où l’échange peut être constructif. Ce peut aussi être un accélérateur social mais il est en passe de devenir une potentielle menace pour les démocraties (l’on mesure déjà l’impact de la diffusion des idées populistes à l’échelle mondiale).

Je conclurai en vous assurant que, pour y avoir un compte, l’on trouve sur Twitter des gens chouettes, ayant humour, autodérision et à-propos (il est à noter que depuis le passage de 140 à 280 caractères, les échanges sont, selon une étude, plus courtois, et que le point Godwin nécessite plus de temps avant d'être atteint (https://fr.wiktionary.org/wiki/point_Godwin) !).
Petit florilège :

 

*Utilisation des techniques de l'information de masse pour induire en erreur, cacher ou travestir les faits.

Portrait de avenger

Je suis modérateur sur le site ( modération du chat depuis 10 ans environs )et celui qui n'est pas content c'est le meme prix,de plus en t'en que modérateur j'estime etre plutot cool.évidement ceux qui se font virer (suivez mon regard) le prennent mal ,bah si ils sont virer c'est qu'il y a une raison,mais quand ont les écoutes c'est jamais de leurs fautes!!c'est moi le méchant voir le fachiste (mot a la mode) vais leurs en donner du fachiste ils verrons la différence!!

Bien tenez vous a carreaux lol.

Votre modérateur chat.

eric.

Portrait de jl06

!!!!

Portrait de jl06

la question du modérateur  reviens régulierement ... comme sur tous se qui et en ligne ... Séro ni fait pas exception ! 

et pourquoi pas , 

par contre je suis pour les cafés du commerce moi , déja  tu parle à qq en chair et en os ... ecrire sur un site ou discuté de vive voix na absolument rien a voir , ta une dimension humaine que tu ne trouve pas aileurs ,

un village se meurt des que sont café du commerce ferme ! donc l,info en continue des café OUI  même si ont y dit des Quagades , et perso j,y fait de belle rencontre de visus ... 

quand au mot  (fachiste ).... beaucoup n,en connaisse même pas la porter ! 

La rumeur elle à toujours excister  elle n,a pas attendu internet pour circuler ....disont qu' elle vas plus vite !

elle à fait battre des montagnes la  Sa..... pe )  

bon je n'envie en rien le boulot de modérateur(trice) ,   Et oui je condanne les réseaux  DIT  SOCIAUX  LA PLUS BELLE MERDE  que l,homme pouvez accouché et qui lui pétera à la gueule tôt ou tard  : exp Trump .... 

bon je retourne au soleil....  

JL

 

Portrait de jl06

Les seniors partagent sept fois plus de «fake news» que les jeunes sur Facebook

Par  Marc Cherki - Mis à jour le 10/01/2019 à 16:35 - Publié le 10/01/2019 à 15:55

Les seniors partagent sept fois plus de «fake news» que les jeunes sur Facebook

Une étude menée sur les articles partagés pendant la campagne américaine de 2016 laisse penser que les plus de 65 ans diffusent beaucoup plus souvent de fausses informations que les 18-29 ans.

Si les jeunes ont tendance à quitter Facebook pour se retrouver sur Instagram ou Snapchat, les seniors sont eux de plus en plus nombreux à ouvrir des comptes sur le réseau social. Mais ils ne l'utilisent pas toujours à bon escient. En 2016, pendant l'élection présidentielle aux États-Unis, la population des plus de 65 ans aux États-Unis a ainsi diffusé 7 fois plus de fausses nouvelles (aussi appelées «fake news» ou «infox») que les jeunes de 18 à 29 ans sur le réseau social, selon une toute nouvelle étude publiée dans Science Advances, le 9 janvier.» LIRE AUSSI - Les «fake news» peuvent-elles menacer votre santé?«Facebook n'a eu aucun lien avec cette recherche: aucun financement, pas d'accès aux données ni de consultations», précise au Figaro Andrew Guess, premier auteur de l'article et professeur assistant du Département politique de l'école Woodrow Wilson de l'université Princeton (États-Unis). «L'entreprise a simplement approuvé notre application à travers son système d'homologation des applications.» Ce petit logiciel a servi à scruter l'activité d'internautes volontaires, et en particulier la diffusion de fausses nouvelles ou «fake news» sur leur «timeline» (la chronologie des événements partagés sur leur profil par chaque utilisateur du réseau social). Les «fausses nouvelles» ont été identifiées selon les références à 495 sites web réputés pour avoir diffusé des informations erronées (comme ceux qui «révélaient» que la candidate «Hillary Clinton est démente»), dont 21 étaient clairement pro-Trump.Résultats: via Facebook, les internautes ont finalement partagé assez peu de fausses nouvelles avec leurs amis (seulement 8,5% de la population étudiée). Et en croisant les différents types sociologiques (âge, revenu, orientation politique, etc.), les chercheurs ont démontré que, toutes choses étant égales par ailleurs, plus les personnes étaient âgées, plus elles avaient tendance à partager des «fake news». Autre enseignement: ceux qui ont été les plus actifs (qu'ils partagent des informations fausses ou non) sont les seniors de plus de 65 ans favorables aux thèses du candidat républicain Donald Trump.

«Il y a une plus grande crédulité des personnes âgées.»Ioana Manolescu, directrice de recherche à l'Inria.

Ces résultats ressortent de l'étude de l'activité sur Facebook de 1191 personnes. Il s'agit d'un échantillon représentatif de la population américaine, assurent les chercheurs. D'autant que cette sélection d'internautes a été obtenue à travers plusieurs vagues de sondages, conduites avec la collaboration de la société spécialisée YouGov, réputée pour la qualité de ses données. De ce fait, les résultats de l'étude n'ont pas été pollués par des «bots» (des «robots») ou des «profils fantômes», créés en Macédoine ou en Russie, précise Andrew Guess.«Ce n'est pas un résultat surprenant», indique Ioana Manolescu, directrice de recherche à l'Inria (Institut national de recherche dédié au numérique), du centre de Saclay (Essonne). «Il y a une plus grande crédulité des personnes âgées . Nous avons tous autour de nous des personnes plus âgées qui partagent des informations totalement incroyables, et fausses, sans s'en rendre compte».» LIRE AUSSI - La vie insoupçonnée des seniors sur les sites de rencontresLes chercheurs proposent que des travaux complémentaires soient réalisés sur le comportement en ligne des générations les plus âgées. Les plus de 60 ans auraient plus de difficultés que les plus jeunes à déterminer ce qui est vrai à travers des médias numériques. Car selon la chercheuse de l'Inria: «la génération des «Millennials», ceux qui sont nés avec l'expansion du numérique et d'Internet, semble ne plus faire confiance en rien et sont plus conscients que leurs aînés d'être une marchandise de Google quand ils utilisent des services du géant de l'Internet, en apparence, gratuits. Il est plus difficile de les enrôler dans une idéologie et, a fortiori, de les faire diffuser ces informations sur les réseaux sociaux.»