Sacré Jean-Louis !

Publié par jfl-seronet le 07.06.2016
1 952 lectures
Notez l'article : 
0
 

Par les temps qui courent, on a du mal à croire à cette nouvelle. Pourtant, elle semble vraie cette info qui nous annonce que la tolérance générale est en hausse en France. Oui, vous avez bien lu dans notre pays !

Cette bonne nouvelle, c'est la commission nationale consultative des droits de l'Homme (CNCDH) qui nous l’a annoncée en mai dernier, comme un rêve. Et pourtant, l'année 2015, en France, a été chahutée, meurtrie, ensanglantée. Il y a eu, cette année-là, presque hier, des attentats sanglants à Paris, des actes antimusulmans, du racisme et des amalgames dans les propos de nombreuses personnalités politiques. Il y a eu des actes antisémites... Rien de cela n'est passé sous silence par la Commission nationale consultative des droits de l'Homme, reste que dans son dernier rapport, la  CNCDH note une nette progression de la tolérance. Les chiffres du ministère de l'Intérieur sur les faits délictueux (actions et menaces) à caractère raciste, antisémite et antimusulman sont globalement en "hausse conséquente" de 22,4 %, de 1 662 en 2014 à 2 034 en 2015, "sommet jamais atteint depuis que ces statistiques sont relevées". "La courbe de tendance de la délinquance apparente à caractère raciste ne cesse ainsi son inquiétante ascension", s'alarme la commission. Alors que se passe-t-il ?

Dans le détail, les faits antimusulmans ont plus que triplé (+ 223 %) : de 133 en 2014, ils sont passés à 429 en 2015. Les infractions antisémites ont, elles, enregistré un léger recul de 5,1 % (de 851 à 808), et les autres actes racistes augmentent de 17,5 % (de 678 en 2014 à 797 en 2015). Il va sans dire que ces chiffres déjà importants ne donnent qu'un aperçu de la véritable situation puisqu'ils ne portent que sur les plaintes déposées. Il y a fort à craindre qu'il y a plus de délits, mais que certaines victimes ne portent pas plaintes. "Ce n'est que la criminalité apparente, on est à cent lieux de la criminalité réelle", a mis en garde, de son côté, la présidente de la CNCDH Christine Lazerges. "Le racisme au quotidien est infiniment plus subtil", a-t-elle rappelé. "Plusieurs indicateurs vont dans le sens d'un reflux de l'antisémitisme en France particulièrement marqué en 2015, comme si la violence des actes à l'encontre des juifs suscitait un réflexe de compassion et de solidarité à leur égard dans l'opinion publique", analyse la CNCDH. Néanmoins, poursuit-elle, "la persistance de vieux préjugés antisémites et les violences dont ils sont victimes, en valeur absolue, invitent à la prudence". La population juive, qui représente moins de 1 % de la population totale en France, est la cible de 40 % des actes racistes commis en France (contre 51 %) en 2014, souligne le rapport. L'enquête 2016 sur l'état de l'opinion réalisée pour la CNCDH par l'institut de sondage Ipsos, du 4 au 11 janvier auprès d'un échantillon de 1 015 personnes, révèle "une résistance de vieux préjugés antisémites, liant les juifs à l'argent, au pouvoir, leur reprochant leur communautarisme et leur attachement à Israël", selon le rapport.

Et pourtant il y a tout de même une bonne nouvelle, "l'indice de la tolérance" révélé par cette même enquête "marque en 2015 une nette progression" (+ 5 points), après quatre années de baisse suivies d'une stabilisation en 2014. Cela "vaut pour l'ensemble des groupes, qui semblent mieux acceptés", un constat "pour le moins étonnant". Les attentats de janvier et du 13 novembre 2015 ont, de façon surprenante, eu un impact positif sur la tolérance des Français, note Christine Lazerges. "Il y a vraiment un avant et un après. Il y a eu un choc émotif, (...) une sorte d'intériorisation que nous étions tous responsables de la montée du radicalisme", explique-t-elle. Comme un sursaut salutaire collectif, un espoir que personne n'avait vraiment. Reste à savoir si cette augmentation de la tolérance, nous arriverons tous ensemble à la conforter durablement.

On était tout à notre joie de cette bonne nouvelle, sortie début mai, lorsque le 12 mai, nous avons eu droit à la sortie de route pathétique d'un sénateur. Il s'appelle Jean-Louis Masson et siège chez les non-inscrits. Il est sénateur de la Moselle et a expliqué (sans rire) qu'il "est normal que dans un but de dissuasion des attentats, on contrôle plutôt" les musulmans "que les personnes d'autres religions". On parlait du retour de la tolérance et voilà, de nouveau, la bêtise qui frappe à la porte dans une sortie ahurissante sur la légitimité des arrestations au faciès. Dans l'exposé des motifs de son amendement, le sénateur lorrain explique qu'il "est normal que la police cible en priorité les milieux où statistiquement il y a le plus de chance d'aboutir". Et Jean-Louis Masson de s'enfoncer : "Dans la mesure où la totalité des  attentats terroristes récents sont le fait de musulmans, il est normal que dans un but de dissuasion des attentats, on contrôle plutôt les personnes de cette religion que les personnes d'autres religions". Et comme il n'est pas à une connerie prêt, il ajoute : "De même, si on recherche des trafiquants de drogue, il est plus pertinent de contrôler des personnes qui se promènent en survêtement avec une capuche plutôt que des personnes en costume-cravate ou que les grands-mères en fauteuil roulant".

Reste à savoir si cette augmentation de la tolérance, nous arriverons tous ensemble à la conforter durablement. Euh, j'ai comme un doute pour Jean-Louis !

Commentaires

Portrait de jl06

Quand on vous dit que nos politiques ne vive pas sur la meme planéte que nous .....

Portrait de IMIM

Alors, si vous êtes blond aux yeux bleus en Moselle, pas d'inquiétude vous pouvez transporter une tonne de TNT !MDR

Ce cher sénateur aurait-il omis les Jean convertis..!?

Le jogging bon pour la santé !???? Heu.. en Moselle, c risqué !!MDR

Et si tu veux y transporter des kilos de drogue, mets un costard cravate! mdr

Comment ces gens ignards peuvent-ils se retrouver sur les bancs du Sénat !?

Ns avons les hommes politiques que ns méritons..........La tolérance s'efface devant la bêtise....

Grave !