Financements : le Fonds mondial inquiet

18 Février 2019
264 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le message est clair. La lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme doit être intensifiée si la communauté internationale compte réaliser son objectif d'éliminer ces trois pandémies à horizon 2030, a averti Peter Sands, directeur exécutif du Fonds mondial dans un entretien à l'AFP (6 février). « Pour dire les choses franchement, nous ne sommes pas sur la bonne trajectoire pour accomplir cette ambition », a-t-il déclaré lors d'une rencontre avec des journalistes à New Delhi. La capitale indienne a accueilli (8 février) une réunion - à laquelle a participé la ministre française de la Santé Agnès Buzyn - préparatoire de la prochaine conférence triennale de de reconstitution des financements du Fonds Mondial (conférence qui se déroulera à Lyon en octobre 2019). Les nombres de décès dus au sida et au paludisme ont diminué environ de moitié depuis le début du siècle. La tuberculose, aujourd'hui maladie infectieuse la plus meurtrière dans le monde avec 1,3 million de décès par an (hors les co-infections avec le VIH), faisait en 2016 autour de 20 % de morts en moins qu'en 2000. Mais ces avancées restent encore trop modestes au regard de l'objectif d'élimination de ces épidémies d'ici 2030 qu'a fixé l’Onu. « Si vous comparez la courbe en termes de nouvelles infections et de décès par rapport à celle que nous devrions avoir, nous devons accélérer le mouvement », a défendu Peter Sands. Les risques de relâchement des autorités sanitaires, la stagnation des dépenses d'aide internationale allouées à la santé et le développement de formes de maladies résistantes aux médicaments pourraient mettre à mal les progrès réalisés et font redouter un rebond des épidémies. Parmi les sujets de préoccupation du Fonds mondial, on trouve notamment les cas de tuberculose résistante aux antimicrobiens, estimés à 600 000 à travers le monde. La tuberculose multirésistante (dont le taux de mortalité est de 50 %) n'est diagnostiquée que dans un quart des cas. Elle est extrêmement difficile à contenir et à soigner. Pour Peter Sands, c'est l'une des menaces actuelles les plus pressantes pour la sécurité sanitaire mondiale. Le Fonds mondial vise une levée de fonds de 14 milliards de dollars pour la période 2020-2022, soit 1,8 milliard de plus que la somme qu'il avait récoltée pour la période 2017-2019. Un budget que de nombreuses organisations non gouvernementales jugent nettement insuffisant.