Hackathon : la lutte contre le VIH change d’ère

15 Décembre 2018
663 lectures
Notez l'article : 
0
 

Jeudi 29 et vendredi 30 novembre se tenait à Tours le premier hackathon français, VIHack, entièrement consacré au VIH. Mais qu’est-ce qu’un hackathon ? C’est la contraction de « to hack » qui signifie en anglais « pirater » et de marathon. Ici, point de hackers ou de cyberterroristes, mais des étudiants-es en informatique et en médecine, la majorité des acteurs-trices du Corevih Centre (soignants et militants associatifs présents en nombre) réunis pendant deux jours pour créer des outils numériques et apporter des réponses concrètes aux enjeux actuels de la lutte contre le VIH en région Centre. Dix-sept équipes pluridisciplinaires rassemblant au total une centaine de personnes. À chaque fois, deux équipes en concurrence sur une thématique spécifique : consultation à distance, identification des structures de dépistage, vaccination et IST, amour et sexualités, approche communautaire à destination des personnes migrantes, formation des services sanitaires, notification aux partenaires, accidents d’exposition au sang ou au sperme, santé sexuelle. Parmi les projets notables qui ont marqué les esprits : une plate-forme numérique proposant de suivre à distance les personnes vivant avec le VIH et aussi des téléconsultations Prep avec la possibilité de commander des outils de RDR (préservatifs, autotests) pour une livraison à domicile. Autre proposition, Tchin Tchin, plate-forme numérique qui permettrait d’envoyer des messages aux partenaires potentiellement exposés à une IST. Comment ça marche ? A la suite d’un diagnostic d’infection et en fonction des l’IST, le ou la médecin et le ou la patient-e renseignent les coordonnées des personnes à contacter et rédigent un message pour inviter les personnes à se faire dépister. Autre idée pour améliorer l’accès au traitement post-exposition (TPE) dans les services d’urgence, une application qui servirait d’outil d’évaluation du risque d’exposition à destination des personnes et des professionnels-les de santé. L’objectif étant de garantir dans les plus brefs et dans les meilleures conditions une initiation au TPE. Contrairement à l’usage, pas de vainqueur-e pour cet hackathon. Mais l’envie de poursuivre la démarche en mutualisant et en accompagnant les projets les plus innovants lors d’une rencontre qui se tiendra en janvier prochain. À suivre !