VIH : le gouvernement du Botswana préoccupé

1 Mai 2015
2 862 lectures
Notez l'article : 
5
 

Vice-président du Botswana, Mokgweetsi Masisi a expliqué, lors d’une conférence de presse (24 avril), que les progrès réalisés jusqu'à présent dans la lutte contre le VIH/sida étaient impressionnants, mais que son pays restait confronté à des difficultés dans la lutte contre cette épidémie. "Les problèmes de multiples partenaires, d'utilisation irrégulière du préservatif et de relations sexuelles intergénérationnelles restent préoccupants. Je vous appelle à abandonner ce type de comportements", a déclaré Mokgweetsi Masisi, selon l’agence de presse Xinhua. Pas certain que ce type de message marche vraiment, mais c’est ce registre qu’a pourtant choisi celui qui est le nouveau président du Conseil national sur le sida, organisme qui contrôle l'Agence nationale de coordination sur le sida (NACA). Lors de sa session 2015 (en avril dernier), le Conseil économique et social national des Nations Unies (Ecosoc) a adopté une résolution de l'Onusida encourageant une "accélération des actions et investissements contre le sida au cours des cinq prochaines années dans la perspective d'un plan pour éliminer le sida comme menace pour la santé publique à l'horizon 2030". Les objectifs de ce programme d'action accélérée prévoient qu'à l'horizon 2020, 90 % des personnes contaminées par le VIH sauraient qu'elles sont infectées, 90 % des personnes se sachant séropositives bénéficieraient d'un traitement, et 90 % des personnes soignées auraient une charge virale indétectable.