Derek Jarman sur France Culture

15 Décembre 2018
1 408 lectures
Notez l'article : 
0
 

Figure de l’underground, le cinéaste britannique Derek Jarman a eu toutes les audaces, dont celle d’écrire les dialogues d’un de ses films en latin. De ses débuts au cinéma en 1976 avec Sebastiane une relecture homosexuelle de la vie de Saint-Sébastien, martyr romain à Blue (1993), son dernier film, le cinéaste a laissé une œuvre importante. Courts métrages expérimentaux, clips pour d’innombrables artistes (les Smiths, Marc Almond, Marianne Faithfull, Bryan Ferry, Suede, les Pet Shop Boys…), longs métrages stupéfiants et très queer qui lui vaudront des prix tant à Berlin qu’à Venise, peintures, dessins, collages, poèmes… son œuvre très queer transcende les genres et se déploie sur de multiples registres, dont le jardinage, puisqu’il créa lors de dernières années de sa vie un saisissant jardin en milieu hostile à Dungeness, dans le sud de l’Angleterre, qui reste aujourd’hui encore un lieu où se mémoire est vivante, explique France Culture. Derek Jarman a découvert sa séropositivité en 1986. Elle est d’ailleurs largement évoquée dans Blue. Le cinéaste est mort à 52 ans. C’est de parcours singulier et cette œuvre marquante que retrace un documentaire (60 minutes) du journaliste et critique cinéma Didier Roth-Bettoni, réalisé par Nathalie Battus. Il a été proposé dans la série Une vie, une œuvre, samedi 1er décembre 15 heures, sur France Culture. Le podcast est désormais disponible et accessible pendant 1 000 jours.