L'église veut disposer du corps des femmes

2 Décembre 2016
562 lectures
Notez l'article : 
0
 

IVG, campagne contre le sida : André Vingt-Trois et Georges Pontier en réaction
Des représentants de l’Eglise catholiques, le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, et l’évêque Georges Pontier, président de la Conférence des évêques de France, Georges Pontier, ont publiquement attaqué la volonté du gouvernement de faire la chasse aux "fausses informations" à propos de l'IVG. Une proposition de loi est prévue afin d’élargir le délit d'entrave à l'interruption volontaire de grossesse aux sites internet diffusant de "fausses informations" sur l'avortement. Celle-ci est soutenue par la ministre des Familles Laurence Rossignol. Dans son entretien hebdomadaire à Radio Notre-Dame, le cardinal Vingt-Trois a critiqué un projet "très grave" dont l'objectif, selon lui, est "de faire la promotion de l'avortement comme l'issue normale d'une grossesse", ce qui est faux. "Si la loi se met à faire la police sur les sites, il va falloir embaucher plus de 10 000 fonctionnaires, parce que s'il y a un terrain où règne l'anarchie la plus complète, c'est bien celui-là", a ironisé l'archevêque qui ne semble pas perturbé par la diffusion de fausses informations concernant l’IVG. "Quelle est l'obsession qui pousse le gouvernement à choisir le point précis de l'avortement comme point d'intervention plutôt que les sites de radicalisation terroriste, ça, je ne sais pas", a-t-il cru bon d’ajouter, faisant mine d’ignorer que les sites de radicalisation terroriste font déjà et depuis longtemps l’objet de contrôles de la part des services de renseignements et des autorités de police. Interrogé également sur la dernière campagne de prévention du sida mettant en scène des homosexuels, que des municipalités de droite ont fait retirer, le cardinal a dénoncé "un mauvais coup supplémentaire porté à l'éducation affective des jeunes". "Je pense que ce n'est pas éducatif de montrer que la sexualité humaine est un vagabondage permanent", a-t-il dit, tout en assurant que ce qui le "choque, ce n'est pas que ce soit des homosexuels qui soient mis en scène". Ouf, nous voilà bien rassurés. De son côté, le président de la Conférence des évêques de France, Georges Pontier, en a appelé directement à François Hollande pour qu'il fasse échec à la création d'un délit d'entrave numérique à l'IVG, en dénonçant une atteinte "grave" aux libertés, dans une lettre publiée le 28 novembre. La proposition de loi provoque une vive opposition dans les milieux catholiques et les rangs d'une partie de la droite parlementaire. Dans un courrier adressé au président Hollande transmis à l'AFP, Georges Pontier estime lui aussi que la proposition de loi "constituerait, malgré ce qu'affirment ses dépositaires, un précédent grave de limitation de la liberté d'expression sur Internet", qui "ne peut être à plusieurs vitesses suivant les sujets". "Une limitation d'autant plus grave qu'elle touche à des questions de liberté de conscience. Cela me semble être une atteinte très grave aux principes de la démocratie", a martelé l'archevêque de Marseille.

Commentaires

Portrait de jl06

 Déja vous disposez du coprs des ados cela vous suffit pas ! occupé vous de vos prélats qui s,éparpilles un peut trop vers la  jeunese .... sa vous éviteras d,avoir besoins de faire des repentences en public !