Les archives communautaires

Portrait de Sophie-seronet

Poursuivons la publication de photos d'un autre temps...

 

Pour les nostalgiques ou les curieux, l'album 1 est ici.

 

A vos mémoires. Sophie

 

 

 

Commentaires

Portrait de nathan

Quand j'ai visité Auschwitz, nous avons terminé par le "musée" de ce lieu sinistre. C'était en plein mois de février, un après midi brumeux, il faisait presque nuit et un froid glacial.  Sous nos doudounes et sous nos gants, nous avions froid. Cela donne un peu une idée de ce que les déporté(e)s qui survivaient quelques jours ou quelques semaines dans ce lieu effroyable enduraient...

Le musée d'Auschwitz comporte plusieurs salles dans une barraque. L'une d'elles regroupe toutes les valises des personnes du dernier convoi de la mort arrivé là. C'est en tout cas ce que dit la légende accrochée sous la vitre qui sépare les visiteurs de ces vestiges de l'horreur absolue...

Quand je suis arrivé devant cette "vitrine", mon regard a tout de suite été "accroché" par un nom porté sur l'une des valises : les SS obligeaient les futures victimes des chambres à gaz à écrire leur nom à la craie pour leur permettre, disaient-il, de mieux retrouver leurs bagages après la "douche"...

Ce nom, c'est Kafka. Depuis, je me demande si cette "image"  n'a pas été mise en scène d'une certaine manière. Comme on le verra ci-dessous sur la photo, cette valise se trouve presqu'au centre de l'image. En réalité, sur place, elle se trouve véritablement au centre du mont de valises. Tout est fait pour qu'on ne voie qu'elle... Pourquoi ? Je m'interroge encore...

                      

Portrait de nathan

            
Portrait de nathan

Quel boulot pour enlever les taches du cheval !

Portrait de nathan

La photographie ci-dessous montre un pendu calciné et une foule qui l'observe. Pourquoi ?

Sans légende, cette photographie interroge. Pour connaître l'histoire de cette photographie, un site très intéressant sur les manipulations de l'image :

                                      

Cette photo date du 5 juin 1989 à Pékin.

La veille ont eu lieu les grandes manifestations de la place Tien An Men.

Un soldat au volant d’un half-track, envoyé par les autorités, a foncé sur la foule, tuant une dizaine de personnes. La foule agressive a lancé sur le véhicule des projectiles divers, arrêté le conducteur, lynché puis pendu et brûlé.

Le pendu est resté accroché à ce pont pendant trois jours. Une foule importante, à l’initiative du gouvernement,est venue rendre hommage au martyr, victime de la barbarie des manifestants. Cette image a paru dans tous les journaux chinois, légendée par le parti.