Les archives communautaires

Portrait de KRIS3


Une Feuille de Route pour Guérir le SIDA d’ici 10 Ans


Hôpital Général


http://www.informedhorizons.com/persistence2011/

Communiqué de presse 
 Publié le 05 Juin 2011     Lu par 849 journalistes 

Une Feuille de Route pour Guérir le SIDA d’ici 10 Ans

Guérir du VIHUn groupe franco-américain de scientifiques définit les conditions nécessaires à la découverte d’un traitement curatif de l’infection à VIH/SIDA dans la décennie à venir.

Ce mois de juin commémore les 30 ans de la description des premiers cas de SIDA. Depuis lors, la maladie a tué plus de 25 millions de personnes dans le monde alors que 33 millions sont chroniquement infectées par le virus qui la cause, le VIH.

Malgré de tels chiffres, la recherche contre le VIH/SIDA a été particulièrement efficace puisqu‘elle a abouti, un peu plus de 10 ans après l’isolement du virus, à la mise au point de traitements antirétroviraux hautement efficaces (ART). Pris de manière quotidienne, ils bloquent la réplication du VIH et empêchent l’évolution vers le SIDA avéré, transformant cette infection en une maladie chronique.

Mais l’épidémie reste active, car avec plus de 7000 nouveaux cas d’infection par jour le VIH garde l’avantage et, pour 2 nouvelles personnes traitées, 5 nouveaux cas d’infection surviennent…

L’accès aux ART reste, de plus, problématique dans les pays à faibles ressources, permettant à seulement un tiers des personnes qui le nécessitent d’être traitées, et n’est pas garanti dans les pays occidentaux pour les malades qui n’ont pas de prise en charge sociale. En fait, les projections des experts montrent que le coût des traitements contre le VIH pourrait globalement s’élever à 50 ou 60 billions de dollars dans 20 ans, ce qui ne pourra pas être supporté par nos systèmes de santé.

Ces traitements bloquent la multiplication du VIH dans le sang, préviennent les complications et augmentent la durée de vie, mais ne guérissent pas de l’infection. Devant être pris à vis, ils s’accompagnent de problèmes d’observance, de résistance, d’effets secondaires et de toxicités cumulées.

Devant l’échec de la recherche d’un vaccin, seule la recherche de traitements curatifs pourra apporter une réponse définitive à la pandémie.

Ces traitements curatifs devront répondre au principal défi posé par le VIH : sa persistance à long terme dans des « réservoirs » malgré le traitement de type ART.

C’est autour de ce thème d’éradication des réservoirs que s’est constitué, dès 2003, un groupe international de travail initié par les Docteur Alain Lafeuillade (Toulon, France) et Mario Stevenson (Miami, USA). Réunissant près de 150 experts internationaux, le groupe se réunira pour la cinquième fois à la fin de l’année pour faire le point des avancées, et des priorités à donner, en terme de guérison du VIH/SIDA.

Dans une « feuille de route » publiée ce mois dans le journal AIDS Reviews (Lafeuillade A, Stevenson M.The Search for a Cure for Persistent HIV Reservoirs.  AIDS Rev 13(2): 63-6), ces chercheurs définissent les barrières scientifiques qui s’opposent encore à l’éradication du VIH et les voies thérapeutiques originales qui doivent être explorées.

Fin 2010 a été marqué par la description du premier cas de guérison probable d’une infection à VIH chez un Berlinois ayant reçu une greffe de moelle pour une leucémie. Si ce traitement ne sera certainement pas reproductible à d’autres patients, il a démontré pour la première fois que le VIH pouvait être vaincu. De nouvelles voies thérapeutiques sont désormais ouvertes, soit pour « purger » définitivement les derniers réservoirs viraux présents chez un patient sous ART, soit pour manipuler par thérapie génique son système immunitaire.

« Nous nous donnons 10 ans pour mettre au point une ‘guérison fonctionnelle’, déclare le Docteur Alain Lafeuillade, et 10 autres pour définitivement éradiquer le VIH ».

La notion de ‘guérison fonctionnelle’ est une situation où l’organisme est capable sans ART de contrôler la multiplication du VIH et sa transmission. Elle survient naturellement chez 0,3% des séropositifs. C’est cet état que les chercheurs espèrent arriver à généraliser dans la décennie à venir.

A propos de la publication : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21587339

A propos du workshop sur l’éradication du VIH :http://www.informedhorizons.com/persistence2011/

Contact : Docteur Alain Lafeuillade, Chef de Service de Maladies Infectieuses, Hôpital Général, Toulon (France) et Professeur Associé de l’Université du Maryland à Baltimore (USA). 1208 Avenue Colonel Picot, F-8300 Toulon ; Tel :             04-94-61-63-40       ; Fax : 04-94-61-63-41 ; email : alain.lafeuillade "@" ch-toulon.fr

Portrait de derdeder2

le croyez vous vraiment ?  les labo qui tueraient la poule aux oeufs d'or, cette rengaine je l'entends depuis plus de 20 ans maintenant et les 10 ans ca fait belle lurette qu'ils sont passés, les maklades rapportent un max, désolé !

Vaux mieux sortir des médocs plus ou moins efficaces car on peut en sortir de nouveaux chaque année, c'est quoi la mode automne hiver de cette année ?  l'espoir se vend de plus en plus cher et encore plus en temps de crise. 

Wheel after wheel...

Portrait de pitchou06

Ca donne beaucoup d'espoir :)
Portrait de romainparis

il y a dix ans... L'espoir fait vendre.
Portrait de hilou

L'espoir fait vendre quoi? L'espoir est peut-être une mauvaise chose en cas de désillusion, mais en terme de vente, je pense que lorsque nous sommes séropositifs, que l'on croit ou non à une guérison à venir, les traitements sont les mêmes. Donc Romain je ne vois vraiment pas ce que tu entends par "l'espoir fait vendre" ici.
Portrait de dboy30

pour continuer a travailler sur le projet. s'ils  declarent qu'il n'y a aucune espoire pour la guerison, on arretera le projet de recherche ...  Le chercheur vend son projet, pas les traitements actuels ...
Portrait de KRIS3

http://www.isheid.com/fr/comites/interviews/11/46-interview-docteur-alain-lafeuillade.html

Je ne defends personne en particulier , je mets seulement de l'information nouvelle à disposition ; pensez-en ce que vous voudrez ! l'espoir fait vivre  , oui peut-être  , mais pas plus malheureux en tous cas !! 

Bonne journée !

Lafeuillade-AlainAlain Lafeuillade, nous explique les raisons qui l'ont conduit à créer le congrès ISHEID et comment il s'est imposé comme un congrès de référence, aux côtés des autres grands congrès de la spécialité. «Au début, dans les années 90, le besoin de se réunir autour du thème du VIH se faisait ressentir, car aucune réunion sur le sujet n'existait en France. Dans les années qui suivirent, le congrès a clairement acquis une dimension européenne, puis internationale, parce que son premier principe est d'inviter, pour chacun des sujets abordés, les plus grands leaders reconnus dans le domaine. Tous les médecins n'assistant pas à la CROI, l'ISHEID leur offre une opportunité alternative d'accéder à des connaissances scientifiques pointues. Il s'agit d'un congrès à taille humaine où les participants et les leaders d'opinion peuvent interagir et partager leurs idées sans aucune barrière, et cette approche est assez unique. »

Le programme scientifique est un élément clé pour fédérer les participants sur le Congrès et les encourager à y partager librement leurs expériences. « Au fil du temps, nous avons constitué un Comité de Pilotage international composé d'experts reconnus qui travaillent ensemble activement, pour définir le programme scientifique. Ils prennent plaisir, tout comme moi, à organiser l'ISHEID et à aider médecins et biologistes à trouver une réunion correspondant à leurs besoins », commente le Docteur Lafeuillade. « Depuis maintenant dix ans, la devise maîtresse de l'ISHEID est "Mettez à jour vos connaissances, partagez votre expérience" et c'est exactement ce qui se passe. Les participants savent qu'ils participeront à des conférences animées par les meilleurs scientifiques du monde et qu'une place de choix sera accordée aux discussions. Nous ne voulons pas que les participants viennent uniquement développer leurs connaissances mais nous souhaitons aussi que l'ISHEID impacte véritablement leur pratique quotidienne, c'est pourquoi nous tâchons à chaque édition d'adapter les sujets couverts afin d'être en phase avec l'évolution permanente du domaine».


L'ISHEID représente un véritable lieu de rencontre et d'échange où les participants rencontre l'opportunité de renforcer leur réseau et de créer de nouveaux partenariats. « Comme je l'évoquais précédemment, les participants ont été surpris de pouvoir interagir directement avec les meilleurs experts du monde pendant l'ISHEID. Par exemple, le Professeur Robert Gallo, éminent professeur régulièrement invité à prendre la parole lors l'ISHEID a toujours été très ouvert à la discussion ; et plusieurs participants m'ont rapporté qu'en l'absence de l'ISHEID, ils n'auraient jamais eu l'occasion de le rencontrer en personne. D'un autre côté, des participants fidèles assistent à chaque édition de l'ISHEID, depuis dix ans, parce qu'ils savent qu'ils y rencontreront d'autres collègues et construiront des projets communs. »

Pour amener les participants à partager librement le fond de leurs pensées, « nous maintenons une ambiance conviviale, malgré la gravité des thèmes abordés et nous laissons suffisamment de place aux échanges », nous précise le Président de l'ISHEID. « Les symposia intégrés au programme officiel, offrent souvent la possibilité de discuter de cas cliniques. Rien n'est tout noir ou tout blanc en médecine, chaque opinion mérite donc d'être exprimée. Nous essayons aussi d'inscrire les «sujets brûlants» du moment au programme, afin de susciter davantage de débats. Par exemple, nous traiterons cette année de la prophylaxie pré-exposition du VIH, sujet qui divise totalement la communauté scientifique. »

L'ISHEID valorise l'expérience thérapeutique des médecins et l'expérience qu'ils retirent des tests cliniques, quelque soit leurs pays, leurs modes de pratiques et leurs spécialités. « Ainsi chacun peut partager ces informations avec ses homologues. Au cours des années, nous avons accueilli de nombreux participants asiatiques et africains et ce mélange de cultures fût très instructif. Pour eux, l'ISHEID offre une formidable opportunité de nouer contact avec des équipes européennes ou américaines et de les entretenir une fois de retour dans leurs pays » nous explique-t-il.

 De nombreux défis doivent encore être relevés en 2012 par les institutions et l'industrie dans le domaine du VIH, notamment dans la recherche et développement. Selon le Docteur Alain Lafeuillade, trois challenges principaux se dessinent « Tout d'abord, améliorer l'accès à la thérapie antirétrovirale dans les pays en voie de développement, puis progresser vers la découverte d'un traitement curatif du VIH et enfin, prendre un nouveau départ dans la recherche de vaccins anti-VIH, qui a été un échec pendant près de 30 ans ».

Le grand défi pour l'édition 2012 de l'ISHEID est « de recevoir de nombreux abstracts de grande qualité et de maintenir la satisfaction des participants, au même niveau que les années précédentes. De nombreuses réunions existent dans le domaine et je suis heureux d'entendre dire un participant «Ca valait la peine d'assister à l'ISHEID » ».

Alain Lafeuillade, revient maintenant sur les 2 objectifs les plus importants cette année, « Le progrès réalisé dans la recherche d'un traitement curatif du VIH ». Cette thématique sera abordée au Congrès car beaucoup de choses se sont produites dans ce domaine ces deux dernières années. « Tout d'abord, un patient, appelé «le patient de Berlin» a été guéri du VIH pour la première fois au monde. Même s'il reste un cas unique, sa guérison aide les scientifiques à comprendre les mécanismes impliqués dans la persistance du VIH. Ce patient sera présent à l'ISHEID accompagné de l'hématologue qui l'a guéri », nous précise-t-il.

« D'autre part, des organismes comme l'ANRS et le NIH, les associations privées comme l'amfAR et l'industrie s'investissent indéniablement dans la recherche d'un remède. Une initiative de l'International AIDS Society (IAS) existe également et j'y prends part. De plus, il existe de grandes avancées fondamentales dans le domaine qui valent la peine d'être résumées.

Le deuxième thème important concerne la gestion des patients co-infectés par le VIH et le VHC. Depuis quelques mois, les premiers inhibiteurs de protéase anti-VHC sont disponibles sur le marché. Il reste beaucoup à apprendre et à discuter sur leur administration. En France, ils sont principalement prescrits aux patients monoinfectés par le VHC et même si les essais cliniques sur les patients co-infectés sont toujours en cours, aucune restriction ne concerne leur utilisation dans cette population spécifique. Mais nous avons encore beaucoup à apprendre sur cette dernière, en particulier au sujet des interactions entre les médicaments ».

 Les gouvernements et les firmes doivent définir, en cette période de crise sanitaire et économique, les activités dans lesquelles ils vont continuer de s'impliquer. « Le VIH n'est clairement plus une priorité pour les gouvernements, nous rappelle le docteur Lafeuillade. « Parmi les sociétés pharmaceutiques, quelques-unes ont délaissé le domaine, principalement en l'absence de médicaments anti-VIH dans leur pipeline, mais la plupart maintiennent une recherche active et présentent un portefeuille prometteur de nouvelles molécules en devenir. Les compagnies pharmaceutiques traversent une période difficile parce qu'ils sont les boucs émissaires des difficultés rencontrées par nos systèmes de santé et font face aux problèmes des médicaments génériques. D'un côté les laboratoires investissent beaucoup dans le screening de nouvelles molécules, la recherche clinique, pendant que d'autres sont autorisées à faire des profits avec les génériques sans engager un centime dans la recherche. Les antirétroviraux génériqués dans les pays développés posent un nouveau problème, qui sera également discuté lors de la prochaine édition de l'ISHEID ».

Cette situation redessine le paysage du domaine et surtout encourage à la vigilance éthique dans la mise en place d'une manifestation d'une telle qualité. « L'ISHEID est une réunion indépendante où les organisateurs et les intervenants travaillent bénévolement et librement, et je tiens à les remercier pour cet engagement, exprime Alain Lafeuillade. « Bien sûr, un tel congrès serait impossible à organiser sans le soutien de l'industrie pharmaceutique. Le programme et les sujets sont définis indépendamment des laboratoires. Les firmes qui présentent un atelier ou un symposium intégré au programme officiel soumettent leurs sujets et leurs choix d'orateurs à la validation du Comité de Pilotage. Ce mode de fonctionnement a toujours été aisé car nos partenaires sont dans une logique de développement de sessions informatives et pas dans celle de reproduire ce qui a déjà été présenté ».

En dernier mot, le Docteur Lafeuillade souhaite partager ce message avec les prochains participants « Venez participer à l'édition 2012, vous ne serez pas déçus! Vous y trouverez une information scientifique pointue qui sera utile dans votre pratique quotidienne ».

Portrait de yanos

"et si on se donnait RDV dans 10 ans ?"

en tout cas, merci à eux de se demmener !

Portrait de caliméro75

caliméro75(ex:paname17)

le médecine  a beaucoup avancer sur le  v.h.i est  personne en 2012 ne peux donner une date précis  vers une  fin de cette maladie (le reste c'est que parole ,parole .comme dans la chanson de dalida)lol 

Portrait de saminata

oui un espoir car la medecine a beaucoup evolué  mais je me pose une question à quand la fin de cette maladie?

quand pourrons t on avoir un remède un vrais ???

Portrait de chris69002

...de connaitre un jour la fin du VIH qui personnellement m'a bousillé la vie depuis 25ans... j'avais 21ans a l’époque un avenir plein de promesses et un pêche d'enfer mais il est passé par là et 25années plus tard... même si la solution miracle arrivait demain cela ne changera plus grand chose pour moi...le mal est fait !!

par contre je le souhaite sincèrement pour les nouveaux contaminés et les jeunes générations qui arrivent

bonne semaine a tous

chris

Portrait de KRIS3

http://www.actupparis.org/spip.php?article4843

Tout un texte sur l'association ISHEID et la recherche actuelle sur les reservoirs et le point de vue critique et pas toujours d'accord avec les scientifiques d'ACT UP !

Portrait de lucas77

Si meme les premiers interressés parlent comme ça " l espoir fait vendre, jai entendu ca ya 10 ans, les affreux labo par ici ou la"... Tous pourri quoi??? 

ca fait gerbé serieux! Battez vous ou du moins ayez l Espoir de guérisson PUTAIN!

Tout ceux qui n ont pas eu a chance d avoir un traitement que NOUS avons et qui sont partis dans des conditions Terribles doivent Vous Vomir dessus!

J ai l Espoir d une éradication du Sida/Hiv , jai l espoir qu il y a des vrais honnetes professionnels qui bossent dans les labos pour trouver un vaccin ou autre possibilitées pour en terminer.

Nous avons un succés de pouvoir vivre avec cette merde, continuons la marche, et que ceux qui n 'y croit pas ou Déblatère leur péssimiste *** Un propos a été modéré ***!Ou peut etre arréter votre traitement pour voir comment ca fait....

Allez , merci pour ce forum et continuons la pression pour sortir Le Loup et tourner la page. 

Portrait de chris69002

et pourquoi autant d'agressivité ??!!

si j'ai bien compris tu es sero+ depuis peu...c'est bien toute la différence avec ceux comme moi contaminés depuis longtemps, je te rassure j'ai MOI accompagné certains de mes amis jusqu’à la fin et je pense pas qu'il me vomissent dessus de la ou ils sont (comme tu le dit)

j'ai moi aussi l'espoir d'une éradication de ce VIH et je suis très reconnaissant envers la recherche, les labos, les médecins (relis moi: "je le souhaite sincèrement pour les nouveaux contaminés et les jeunes générations qui arrivent")

et ta phrase: " ceux qui n 'y croit pas ou Déblatère leur pessimiste La Ferme!Ou peut etre arréter votre traitement pour voir comment ca fait.... "

apparemment tu n'as pas encore compris qu'ici sur ce site des vies et des coeurs ont été brisés

désolé d'etre dépressif et pessimiste

après ça ne vous étonnez pas si je ne m'exprime plus ici

chris

Portrait de lucas77


 Je t'ai pas visé , je juge personne! Mais j'en peu plus de voir ici ou là, le pessimiste ambiant, le négativisme, le fait d'être seropo d hier ou dya 10 ans c est pas le problème. le soucis c est qu il faut toujours garder espoir car ici il y a des personnes peut etre plus fragile que d autres, isolé ou mal entouré qui pourrait trouver dans certains billets un Non Retour, Alors que l on avance ! Oui On Avance, pas sans rendre compte est faux. Je ne vis pas aux pays des bisounours bien au contraire, je sais bien que les labos se font les couilles en Or, Mais je crois comme beaucoup a l 'intégrité, la droiture, et lAmour que l Homme a pour ces semblabes: dans le sens où si un vaccin ou remède naitrait demain la fierté de son chercheur sera plus grande encore que des combines x, y.
 
Et je réitère, je pense vraiment qu un seropo parti car traitement pas adapté a l époque vomirait tout discour d un seropo qui negativisme sur son sort alors que celui ci est là, en assez bonne santé et surtout a des projets d avenir ce qui n'etait pas du tout le cas des premiers seropos! soyons heureux d'être seropo aujourd hui et encore plus demain car les choses avancent! Chacun porte sa croix , personne ne l'a portera pour nous, positivons!
Portrait de basique

Il faut comprendre ceux qui vivent avec la maladie depuis de nombreuses années et qui entendent les messages d'espoirs qui sont souvent des espoirs décus.. je suis S+ depuis presque 4 ans, et déjà fatigué de certaines publications qui nous annonce telle ou telle découverte et passé le buz... plus rien.. ou presque....

Les médecins que nous rencontrons sont souvent plus réservés sur ces espoirs avec une date d'éradication quasiment annoncée.. Ils ont probablement plus de recul que nous et on bien raison d'tre plus prudents.

Pour parler de ceux qui ont vécu le VIH avant l'arrivée des tri, la seule échéance qu'on leur annoncait était souvent celle de la fin de vie.. alors oui, les choses étaient différentes, ne comparons pas.. être lucide aujourd'hui est plus facile puisque les risques ne sont pas les mêmes. Je crois que l'avenir sera de mieux en mieux, mais a quelle vitesse ...?

Portrait de chris69002

Merci Basique !!

cela me fait plaisir d'avoir été compris par certains  !! Mort de rire

amitiés a tous

Portrait de jojojolie1117

mes chers, je vous dis que le progres est la, les choses ont change. J'en ai accompagne de mes proches au moins plus de 15 personnes de ma famille africaine. mon enfant est ne peu a pres que j aie  ete diagnostiquee et et j'ai passe des nuits a lui donner des gouttes sans manquer aucune dose. oui oui je crois que que c'etait le vaccin. IL est sero-Dieu merci. Merci aux  chercheurs. Ce que je demande, vous medecins et autres vaccinez le monde, sauvez des vies. La depression m'arrive au cou a cause que je suis tres isolee renfermee sur moi avec un mari sero- qui fait semblant de me supporter et qui a peur de moi. Le tabou est toujours la meme en 2012 dans le monde entier. merci.

Portrait de reba

on ne peut pas purger le réservoir pcq il se formera toujours des nouvelles cellules malades (moelle osseuse). les cellules naissent malades, on peu les empecher de diviser et proloférer soit mais, la moelle osseuse continue sa fonction : fabriquer les cellules, et d'ailleurs vous avez du observer que toutles lignées sont concernées, pas uniquement les lymphocytes. or elle en fabrique des malades

Kris, pourrez vous pser la question àM.Laffeuillade ? j'ai essayé par le mail que vous donnez sans suite, j'ai posé la question à un cune collègue à lui que je ne citerai pas, sa réponse : "vous avez une bonne réflexion scientique ....." rien de plus