Un compagnon de longue date

Mots clés  : solitude Retour au forum
Portrait de seb77one77

hello depuis que je suis touché par le vih je me suis isole sur moi meme et je vois plus grand monde :'( j aurais voulu savoir si vous connaissiez des lieu de rencontre pour personne porteuse du vih pareil que moi , je pense je me sentirai plus a l aise en ayant des amis qui me comprennent et vivent ce que je vis ;) merci pour votre aide

Commentaires

Portrait de Pierre75020

Bonjour,

 

AIDES Paris organise tous les premiers jeudi du mois à 19h30mn des groupes de paroles " Instants positifs" Rue de Moscou, à côté de la gare Saint Lazare pour les séropos qui souhaitent comme toi échanger sur leur vécu.Cet année je n'ai pas pu y aller car cela tombait en même temps que les cours d'alphabétisation que je donne dans un centre social et culturel.Les participants sont peu nombreux mais l'ambiance est conviviale, on partage un pique nique après la discussion.Regardes sur le site tu trouveras les références.Il existe aussi un groupe de parole animé par un psychanalyste à l'Institut Fournier qui est très réputé mais je n'y suis pas allé donc je ne peux rien en dire.La solitude peut servir à approfondir notre réflexion si elle  s'accompagne de lectures et de sorties culturelles.Penses aussi au sport, quand je vais à la piscine, cela me fait du bien tant sur le plan physique que sur le plan mental.

Courage

Portrait de ballif

c'était une sortie aller à l'asso  cela m'a permis d'appendre ce qu'est le sida   et ce que je devais combattre   les rencontre ont été difficiles   hétéro je ne suis pas sentis bien

Portrait de seb77one77

pourquoi ils t ont appris ca ? t as le sida ?

Portrait de Superpoussin

Il vaut quand même beaucoup mieux être gay qu'hétéro quand on est séropositif au VIH. Dans le passé existaient des lieux où on pouvait se sentir à l'aise indépendemment de nos orientations sexuelles mais ceux-ci soit ont disparu (Arc en Ciel qui en dépit de son nom était vraiment ouvert à tous), soit se sont communautarisés (Tibériade...)

Moi aussi j'aimerais de nouveau connaitre un lieu, une association, qui ne soit pas centrée sur telle ou telle communauté, ou alors si elle devait jouer une carte communautaire que ça en soit une où je puisse me reconnaitre.

Portrait de Exit

ballif a écrit :

c'était une sortie aller à l'asso  cela m'a permis d'appendre ce qu'est le sida   et ce que je devais combattre   les rencontre ont été difficiles   hétéro je ne suis pas sentis bien

Et tu as trouvé une autre association ?

Portrait de henrie

Moi qui m'etais inscrit sur ce site (seronet), pour me sentir moins seul, il est vrai que les discussions par le biais du net sont pas forcément l'idéal mais j'ai pu lire ou discuter avec des personnes, ce qui m'a apporté un certain réconfort. Soit, ayant habité à Paris et je crois que tu n'es pas loin, je pense que tu auras beaucoup plus de choix que moi au millieu des montagnes, il est vrai que desfois la relation directe, voir la ou les personnes apportent un peu plus. Je te souhaite bon courage dans tes recherches.

Portrait de unepersonne

en m'inscrivant sur seronet il y a longtemps, j'etais persudadé d'avoir trouvé le site ideal pour rencontrer/parler/echanger avec des gens parce qu'on a un point en commun qui nous lie , le VIH , mais etant hetero je me suis rendu compte que je n'etais pas trop le bienvenue  puis les centres d'interets homo et heteros sont differents ce qui a limité mes echanges avec les intervenants

 

mais mon but premier etait de faire une rencontre sentimentale avec une femme etant dans le meme cas que moi or il y a peu de femme sur seronet excepté ma petite zaza quej e connais depuis longtemps maintenant mais voilà 

 

je suis donc resté sur ma faim et n'ai pas trouvé sur seronet ce que je venais chercher , je survole le site de temps en temps mais je n'ai aucune affinités avec quiconque malheureusement moi qui pensait sincerement creer des liens fort d'amitié voir plus si ct avec des femmes , ma deception est grande en verité mais les choses sont ainsi 

 

 

 

 

 

 

Portrait de la vie

la vie. je vie la meme chose que toi sur se cite je suis malade depuit l age de 20 est 48 meintement comme avent nous sommes entreins de nourire comme en . 80 a 90 je ne suis marie crasse a se cite au maroc la fille meme malade na voles argents tous se que javais contruis pour faire un enfant avec hopitale cochin . je suis degoutee je travaille est je reste seul !

 

Portrait de seb77one77

sur seronet je pensais que je trouverai des articles constructifs et que je me sentirai mieux et moins coupable d avoir ce virus en moi .. or c est le contraire qui se passe .. plus je lis les articles qui confondent sida et vih et qui ne font aucune distinction entre les 2 .. plus je me sent coupable d avoir ce truc en moi .. limite j ose meme plus parler a personne et je prefere m isoler  comme si j etais un lepreux .. c est bien triste ..

Portrait de ballif

la culbabilité est la première réaction que nous avons   nous avons tous une petite histoire pour expliquer que c'est pas notre faute

puis nous avons la période de dénis   alors nous reffusons de croire que nous sommes malade

enfin l'acceptation   alors nous sommes plus serins et calme

se sont les trois phases que toutes personnes qui apprends qu'il a une maladie grave a au début

donc pas d'inquiétide face à cette réaction  cela va aller mieux

aujourd'hui les traitrments sont là pour avoir une vie comme tout à chacun

bonne route   elle sera très longue

Portrait de unepersonne

c'est le rejet , l'exclusion qui me font mal d'une maniere ou d'une autre , comme dit plus haut, ce n'est pas notre faute si on a contracté le VIH pourtant il y a des fois où je culpablise de l'avoir 

 

quant à mon rapport avec les femmes puisque je suis hetero, il est quasi inexistant, j'ai carrement peur d'avouer à une femme sur le net ou dans la vie que je suis VIH , c'est impossible à faire pour moi car j'imagine d'avance sa reaction ou sa reponse

 

sans travail plus etre VIH , comment refaire sa vie qui plus est quand on est quinqua, j'ai cette genre de peur au fond de moi que je finirai seul pourtant j'ai une vie normale , je ne suis pas grabataire ou aliené mais voilà 

 

comme le dit seb77one77 , on finit par s'isoler meme si ce n'est pas notre but , ballif est plus optimiste , je m'isole comme seb malgré moi 

Portrait de Saamred

Si vous ne voulez pas vous isolez venez à l'atelier thérapeutique dans le 20eme organise par action traitement c'est des rendez vous sur des thèmes ce soir des experts parleront du lien enree le cancer et le vih venez c'est un bon moment d'echange et de convivialité pour les parisiens :)

Portrait de seb77one77

super genial ton atelier ... maintenant grace a ce genre d atelier on va bientot nous dire que le cancer et le vih c est pareil .. comme le vih et le sida .. toujours pour stigmatiser un peu plus ceux qui ont le vih .. je prefere rester isoler chez moi , qu entendre des types qui n ont rien et qui viennent me stigmatiser comme si j avais la peste ou je ne sais quoi ..

Portrait de frabro

Chacun à le droit de refuser toutes les mains tendues et de rester chez soi isolé de tous. 

Mais dans ce cas il ne faut pas s'en plaindre !

 

Je coanime des ateliers thérapeutiques à Creil avec une infirmière de l'hôpital et une volontaire de Aides, celà fait un bien fou au moral de celles et ceux qui y participent et celà permet des échanges de conseils afin de minimiser (ce qui ne veut pas dire nier !) les difficultés rencontrées. Ici, le mélange de tous les ages et de toutes les conditions sociales est également un gage pour que chacun puisse s'y sentir acceuilli et écouté.

 

Je recommande la participation à ce type d'atelier pour tous.

Portrait de Rimbaud

Fabro, je trouve toujours formidables les gens qui s'engagent mais ce que tu dis est un non-sens : il faudrait "minimiser". Non, il faut affronter la réalité quelle qu'elle soit. Minimiser, c'est se mentir, c'est mentir. Il ne s'agit pas de faire semblant, de se mentir. Passer sa vie en se mentant à soi-même, c'est ne pas être en phase avec soi-même car quand tu minimises, tu sais très bien que tu te mens, tu le sais, tu le ressens, tu le sens, tu en as conscience. Il faut regarder la vérité en face avec ses difficultés et trouver ensemble des solutions. Ce n'est pas minimiser ! 

Portrait de unepersonne

ce n'est surement pas moi qui trouverait convivial  un atelier therapeutique basé sur le lien entre le VIH et le cancer, putain, il y a des sujets plus cool et moins flippant que toujours  parler de la maladie, toujours la maladie , il a autre chose que la maladie dans la vie ,, il y a la nature, les animaux, l'amitié, l'amour, les sorties, les voyages il y a des tas de sujet à traiter/discuter plutot que la maladie 

 

puis savoir sur la maldie ne nous la supprime pas, au contraire on est d'autant plus consciens qu'on est emboucané par un virus ou je ne sais quelle saloperie qui nous bouffe de l'interieur 

 

perso, ce qui me ferait le plus grand bien et aux gens de ce forum aussi, c'est l'amour, etre aimer et aimer est je crois mais ce n'est que mon avis, le meilleur remede et/ou antidepresseur pour aller bien, avoir la niaque, l'envie de vivre , aller de l'avant, positiver tout mais trouver l'amour est aussi rare que gagner au loto  

 

 

Portrait de frabro

Rimbaud, j'ai surement moins de vocabulaire que toi à ma disposition...  Wink Par minimiser, j'entendais ne pas laisser les peurs et représentations prendre toute la place par rapport à la réalité de ce qu'est le "vivre avec". Quel mot ou verbe proposerai tu pour dire ça ? Relativiser ?

 

 

Par ailleurs, et ça va dans le même sens, parler des comorbidités éventuelles peut aussi permettre de ne pas vivre tout le temps avec la peur au ventre ou la tête dans le sable. 

 

J'ai toujours pensé que la position de l'autruche était un gros risque de se faire e..... sans l'avoir choisi.

Portrait de Rimbaud

Ah bah oui, dans ce cas, il ne s'agit pas du tout de "minimiser", ni même de relativiser, mais plutôt de : comprendre, faire face, regarder la réalité, partager, extraire... ouf me voilà rassuré.

Portrait de franbesac

tous a un moment donner, nous nous somme isolé, suite a notre seropositivité, on se baricade, car quant on l'annonce on se rend vite conte que du trie se fait, on nous donne moin de nouvelle, on ne voie plus certaine personne, le regard des autre possé sur nous et bien different, comme si on avait un truc sur le visage et que personne ne nous dissé rien, donc on devien selectife, mefiant.

 

suite a ca comme beaucoup d'entre nous jai voulu trouvé un lieux qui pourrai me corespondre, un lieux ou j'aurai des interaction social est evantuelement des loisire de groupe et ou il y aurai d'autre personne dans ma situation, pour ne pa a avoir a me prendre la tete, me tournant donc vers AIDE.........

 

la me sui retroué devant un murs ou la realité navai rien a voir, j'y est trouvez un groupe bien tranquille dans leur routine, a faire leur depistage, leur prevantion, alors ok je dit c cool, cest utile........... mais apres?????

 

il organise une apreme une foix par mois, pour se retrouvé entre nous pour pouvoir enchanger experiance, dialogué et autre anecdote....... 

mais la on se rend vite conte que cest pa sa du tous, les partisipan on differente patologi, sifilise, epatite, hiv et autre donc finalement on ne se sent pa a sa place.......en gros pour se plaindre, pour evaluet qui et le plus cabosé de la vie et planté la graine de deprime colective........

 

mais pa vraiment d'aide comme leur nom l'indique, de consille ou de suivi.......

 

bien souvant on a pa besoin dallez voir un psy pour un eclairisement personnelle ou un conseille......

 

donc je leur est possé une question simple: si je rencontre quelqun qui me plaie vraiment et dont je me projete dans lavenire avec lui, que sui-je sensé faire, lui dire que je sui seropo, dans l'espoire quil m'accsepte comme je sui, aux risque quil me large et meme plus ou me taire.

 

la reponse a ete des plus troublante, ne lui dit rien et vue que tes indetectable tu peut meme coucher sans capote, en plus cest bien connu que les gay reste pas longtemps en couple...........

 

la reponse ma glacé le sang.... je prefere opté pour la verité et la franchise en me disant que si le mecs ne maccsepte pas bin tempi il passe a coté de quelque chose........

 

autre chose , un soire en boite voila quil debarque pour fair leur prevention et depistage express...... jme dit tien jfai le teste pour voir comment sa se seroule.......

 

donc je vai jfai le teste je rempli la petite fiche informative et jattend tranquille la le mecs revien me demande de le suivre et me dit vous ete entré en contacte avec le hiv il faudrai allez voir votre medecin pour des analyse complementaire, jme sui totalement deconfi, comme quoi jpense etre assez bon commedian....... puis lui annonce que jsui seropo depuis bientot 10ans que je voulez juste voir comment sa se deroulez

 

la jne pouvai menpechez de pensé, putain cest jeune ou moin jeune qui l'aprene comme sa en boite, mais il se bourre la geule et il se tue en voiture ou se suicide en rentran.....

 

donc pour ma comclution je diré quil y a beaucoups a faire est a refaire, mais surtout refaire et redevenire humain.....

 

 

 

Portrait de Exit

franbesac a écrit :

donc je leur est possé une question simple: si je rencontre quelqun qui me plaie vraiment et dont je me projete dans lavenire avec lui, que sui-je sensé faire, lui dire que je sui seropo, dans l'espoire quil m'accsepte comme je sui, aux risque quil me large et meme plus ou me taire.

la reponse a ete des plus troublante, ne lui dit rien et vue que tes indetectable tu peut meme coucher sans capote, en plus cest bien connu que les gay reste pas longtemps en couple...........

la reponse ma glacé le sang.... je prefere opté pour la verité et la franchise en me disant que si le mecs ne maccsepte pas bin tempi il passe a coté de quelque chose........

Cette réponse de ne rien dire, me parait tout à fait légitime. Rien ne nous oblige d'annoncer que l'on est séropo quand on est indétectable, et si l'on veut coucher sans capotte, ce n'est pas un crime puisque l'on est indétectable. 

Perso le vih n'est vraiment plus un souci pour moi, si je rencontre quelqu'un je ne lui dirai pas, ou je lui dirai si je pense qu'il est suffisamment intéligent pour le comprendre, si il veut baiser sans capotte ben pourquoi pas, c'est lui qui voit, il est majeur, au pire je prendrai mon triumeq après le rapport, je l'utiliserai comme une prep pour éviter une seconde infection. Beaucoup sont restés sur des schémas erronnés, ce n'est pas à moi de refaire un graphique juste, en tant que gay, ils sont censés savoir que séropo indétectable = non contaminant. Ceux qui ne sont pas au courrant, tant pis pour eux, surtout ceux qui tiennent à avoir des rapports sans capotte et qui sont nombreux.

Aujourd'hui en France, être porteur du vih, ce n'est vraiment plus grand chose, quand je vois des gens qui sont amputés d'un membre, qui sont handicapés, qui ont des maladies chroniques bien plus graves etc... Je me dis que je suis vraiment chanceux d'avoir le vih, et de pouvoir vivre tout à fait normalement sans aucun effet secondaire grâce à l'allègement :)

 

Portrait de Rimbaud

Exit répond comme s'il s'agissait d'un plan cul. Mais franbesac a bien précisé : il parle du cas où il "se projette dans l'avenir"... ben moi je dis qu'une relation qui débute et se construit sur le mensonge, c'est voué à l'échec. Donc bien sûr que la question se pose, si on envisage une relation amoureuse, vous savez, ce truc qui va au-delà du coup de bite, ce truc où il y a des sentiments, un partage, des émotions, une connaissance de l'autre... 

 

quant à la réponse "les gays restent pas longtemps en couple", omg... encore des clichés.

 

Alors oui, si notre vie se résume à baizer, la question ne se pose pas. On est indétectables. Mais dans le cas où l'on voit à peine plus loin, le réponse donnée est scandaleuse de bêtise.

Portrait de Exit

Non Rimbaud, je parle au delà du plan cul, perso je ne dis rien pour x raisons :

D'abord, rien ne nous oblige à le faire, ensuite notre santé est personnelle, et ne regarde personne à part nous même, ensuite on est pas obligé de tout dire à l'autre, on peut garder notre jardin secret, en couple ou pas c'est la même chose, le mensonge est parfois nécessaire pour ne pas faire de la peine ou ne pas faire peur à l'autre, le mensonge n'est pas forcément un crime. Il me semble Rimbaud que tu ne l'as pas dit à ta mère ? C'est la même chose ! 

De plus, plus on donne cette information et moins cette information nous appartient, et ceci peut avoir des conséquences sur notre vie privé comme personnelle, le jour ou le couple ne va plus, on peut s'attendre au pire... Enfin certaines personnes ne changeront jamais d'avis sur la question même avec toutes les preuves du monde, autant parler à un mur... D'ou l'importance de ne rien dire pour éviter une confrontation sur un sujet d'ou beaucoup ne comprennent rien, ou veulent justement ne rien savoir car ils savent que ça peut les toucher un jour ou l'autre. La peur ferme les yeux et bouche les oreilles aux gens. 

Je le dirai seulement si je suis certain de la personne avec qui je suis, ça peut prendre quelques mois, comme quelques années. 

 

Portrait de Rimbaud

Non, ma mère et mon homme, c'est pas la même chose, pas du tout même ! Et le fait de ne pas le dire à ma mère est une lâcheté (qui ne durera qu'un temps), mais c'est un autre sujet.

Ce qui est en jeu ce sont nos visions du couple totalement différente. Moi je considère que la vérité doit être au coeur d'un couple, que sans ça, on est sur deux planètes et on devient de simples connaissances. 'notre santé est personnelle et ne regarde personne" : bah si, ça regarde mon mec en l'occurence parce que nous faisons nos vies ensemble et que mes inquiétudes sont les siennes, mes fatigues sont les siennes, mes rdv au chu sont ma vie donc la sienne (et réciproquement). Bien sûr que ça le regarde ! 

Le second argument ne tient pas non plus dans le cas du couple justement. Il est valable dans le cas où l'on est dans l'espoir d'une relation avec un presque inconnu : dans ce cas, il est très bon d'en parler justement parce que si l'autre n'a pas l'intelligence de comprendre ce qu'on lui explique, à quoi bon construire sa vie avec.. c'est que c'est pas le bon et donc : exit :)

 

Quant à le dire quand on est "certain", chimère : on ne peut jamais être certain, pas plus au bout d'un mois, un an, que 13 ans. C'est tout l'intérêt de la vie d'ailleurs que de ne pas savoir ce que demain réserve (une rupture ? un voyage ? un calin ?), ça donne de l'énergie pour entreprendre.

Portrait de mec95

ouais moi je dis au bon timing au feeling ou pas du tout, tout dépend. rimbaud faut voir au concret sort avec des mecs et voit quand ce seras le bon moment pour le dire plutot que de speculer ou de trop anticipé.. faut vivre un peu quoi.

 

Après comme le dit exit dans le concret les sujet avec ton mec sont abordé et quand vous parler du vih ou autre tu vois quelle sont ses connaissances du sujet, et ne pas hésiter (ca c'est ma méthode) a dire quand le sujet est abordé que les traitement sont aujourdhui bien toléré et que les gens sous traitement sont non transmissible apres je vois en fonction de ses réponses si il en est au faite ou pas du tout, apres je vois ce que je dis ou pas... 

Y'a des bonne surprises parfois et pourtant au départ on juge on dit celui là il comprendras rien et finalement le mec et trés au courant et l'accepte volontier. d'autre non.

Portrait de unepersonne

beaucoup de chance dans la communauté gay car vous avez beaucoup de partenaire d'apres ce que je lis, il y a aussi des couples fideles mais c'est pas la majorité il me semble

 

donc annoncer le VIH n'est pas un souci puisque vous savez que si un mec vous met un mur il y aura bien un prochain mec qui dira ok malgré le VIH 

 

chez les heteros, c'est beaucoup plus compliqué , d'une parce que proportionnellement aux gays les heteros celibataires ont moins de rapports sexuels avec les filles ( sauf les couples ) que les gay avec les mecs , alors dire à une nana qu'on a le VIH meme si on est indetectable , la fille s'en tape de l'indetectable , elle se tire !

 

quant à savoir quand viendra le jour d'une prochaine rencontre avec une fille, c'est beaucoup moins probable qu'une rencontre entre gay , force est de constater qu'à partir de là, le VIH est moins un souci pour les gays que pour les heteros